Saint-Josse : cinq personnes arrêtées suite à une fusillade dans la rue d'Aerschot

Les faits se sont déroulés mardi soir. L'élément déclencheur des hostilités serait un vol commis à l’aide de violences ou de menaces.

Saint-Josse : cinq personnes arrêtées suite à une fusillade dans la rue d'Aerschot
©dr
A. F. & BELGA

Une bagarre a éclaté ce mardi vers 19h dans la rue d’Aerschot, à Saint-Josse-Ten-Noode. L’élément déclencheur des hostilités serait un vol commis à l’aide de violences ou de menaces, explique le parquet de Bruxelles.

Au cours de la bagarre, deux coups de feu ont été tirés, dont un a touché une personne qui se trouvait dans le quartier, à première vue étrangère au conflit. La victime a été emmenée à l’hôpital. Ses jours ne sont pas en dangers.

La bagarre s’est ensuite poursuivie dans le tunnel de la rue de Quatrecht. Les policiers sont intervenus et ont procédé à la privation de liberté de cinq personnes. Le présumé tireur fait partie des personnes privées de liberté.

L’enquête se poursuit actuellement afin de préciser les circonstances exactes des faits.

Le fédéral doit agir, disent les bourgmestres

Les bourgmestres de Schaerbeek Cécile Jodogne (ff) et de Saint-Josse-Ten-Noode Emir Kir ont appelé mercredi le gouvernement fédéral à prendre ses responsabilités dans le quartier nord de la capitale, théâtre selon eux de nombreuses tensions.

"des incidents graves se sont produits également mardi soir, en début de soirée dans le quartier Nord qui couvre les territoires des communes de Schaerbeek et Saint-Josse-Ten-Noode. Des bagarres ont éclaté semble-t-il entre migrants, riverains et commerçants. Ces incidents sont significatifs de la forte pression que subissent les riverains et les commerçants du quartier depuis plusieurs mois: transmigrants à la recherche de quelques moyens de subsistance avec des comportements inciviques, harcelants voire délictueux, vendeurs de drogues, SDF, personnes imbibées d'alcool?"

Selon les deux mayeurs, la police de la Zone est intervenue très rapidement. Une demande de renfort de FERES (réserve fédérale d'intervention ndlr) et de la Police de Bruxelles a été lancée afin de pouvoir renforcer la présence policière dans le quartier. La vie des deux blessés n'est pas en danger.

Toujours d'après Mme Jodogne et M. Kir, "les deux communes n'ont de cesse d'interpeller les ministres qui se sont succédés à l'Intérieur et les secrétaires d'Etat à la migration" sur les tensions à répétition dans ce quartier. "Nous n'avons eu jusqu'à présent que peu d'écoute pour les renforts de la police fédérale au niveau de la gare du nord et pas plus pour enfin trouver une solution pérenne à la question de la prise en charge des transmigrants", ont-ils ajouté en annonçant qu'ils réinterpelleront Annelies Verlinden, ministre de l'Intérieur, et Sammy Mahdi, secrétaire d'Etat en charge de la migration.

Les communes de Schaerbeek et Saint-Josse ont demandé à la zone de police Nord de mettre en place une série d'actions policières pour apaiser le quartier. Des actions avec un dispositif menées mardi matin visant le trafic de stupéfiants se sont soldées par des résultats positifs "mais cela ne suffit pas. Les communes renforcent la présence des acteurs de terrain actifs au niveau de la sécurité, de la cohésion sociale et de la propreté mais restent limitées dans leurs moyens d'action", ont ajouté les deux édiles communaux .

A leurs yeux, il est aussi "grand temps que des mesures soient prises et suivies pour lutter efficacement contre la prolifération des vendeurs de drogues qui mettent à mal la vie dans ces quartiers. Les bourgmestres attendent du ministre de la Justice et du Parquet une réponse plus rapide et plus ferme", ont-ils insisté.

Par ailleurs, les deux communes ont décidé de faire adopter par leurs conseils respectifs, dans les prochaines semaines, un règlement général de police spécifique pour interdire la consommation d'alcool sur l'espace public dans ce quartier.