Cette friche est le futur parc du quartier Midi: "Le PAD ne peut pas rater ses espaces publics"

Le PAD Midi est à l’enquête publique. Pour Écolo, espaces publics et espaces verts sont l’un des enjeux de cette «vision» régionale pour une "gare habitée". On visite la friche qui deviendra le parc de la Senne, prévu sur 26.000 m2.

Cette friche est le futur parc du quartier Midi: "Le PAD ne peut pas rater ses espaces publics"
©Julien Rensonnet
Julien Rensonnet

"C'est dingue. On est à 5 minutes de la gare du Midi et on entend chanter les oiseaux. Y en a plein. Ils sont bien ici". Un bras de Senne à ciel ouvert glisse sous le pont de chemin de fer qui tourne vers la gare de l'Ouest. Il dessine la frontière entre Anderlecht et Saint-Gilles. En face, quelques moutons bêlent au passage des trains. En contrebas d'une petite plateforme qu'Isabelle Pauthier escalade s'épanouissent des bosquets de la tenace renouée du Japon, l'envahissante plante invasive qui se plaît tant sur les anciens sites industriels. La députée bruxelloise Écolo sort son smartphone et déclenche quelques photos. "C'est très étonnant, cette friche".

La mousse et les champignons sont les seuls habitants de l'immense parking traversé pour apercevoir les ovins. Plus pour longtemps : devraient s'ériger là deux ensembles de logements et équipements. Un troisième devrait remplacer le magasin de bricolage, à une encablure. C'est ce que prévoit le projet de PAD Midi. Ce Plan d'aménagement directeur, approuvé en mai 2021 par le gouvernement bruxellois, est à l'enquête publique jusqu'au 2 novembre. Il dessine les contours de la fameuse "gare habitante", ébauchée depuis des décennies dans le quartier Midi.

Cette friche est le futur parc du quartier Midi: "Le PAD ne peut pas rater ses espaces publics"
©Julien Rensonnet

"Pourquoi ne pas agrandir le parc ?Des associations le demanderont. Il s’agit de terrains publics.L’idée de leur maintenir un usage public pourrait se justifier"

Le site dit des Deux Gares fait partie des trois grandes zones que SNCB et Infrabel "troquent" avec Immobel et Besix contre leur nouveau QG. "C'est le déclencheur du PAD", dit Isabelle Pauthier. "Et maintenant, la Région assume qu'il faille faire reculer la voiture. Le symbole de ce PAD, c'est donc d'en réussir les espaces publics". Ainsi, quand le chantier du métro sera terminé, il faudra réaménager la place Bara, l'esplanade de l'Europe, la place Horta, la nouvelle place de France… Et domestiquer aussi l'herbe que paissent les moutons en bord de Senne. "Le concept aux Deux Gares, c'est de refermer l'îlot avec du logement", détaille la députée verte. Derrière les vitres bronze actuelles de Philips et les briques rouges des anciennes Manufactures Belges de Lampes Électriques, le parking pourrait s'effacer pour 70.000 m2 de bâti neuf (projection 3D ci-dessous). Le volet stratégique du projet de PAD y prévoit quelque 50.000 m2 de logements. Mais aussi, dans les socles, des équipements (10.500 m2), des commerces et services (3.000 m2) et des ateliers de production (6.500 m2).

Cette friche est le futur parc du quartier Midi: "Le PAD ne peut pas rater ses espaces publics"
©perspective.brussels

Le parc épousera la ligne sud de l'îlot. Il devrait s'étendre sur 26.000 m2, sur les deux rives de la Senne. "Mais pourquoi ne pas l'agrandir ? Des associations le demanderont sans doute", glisse Isabelle Pauthier. "Il s'agit de terrains publics. L'idée de leur maintenir un usage public pourrait se justifier. Il faudra de toute façon changer l'affectation pour aménager le parc." Ingrid Parmentier, elle aussi députée verte, voit d'un bon œil cette ambition de "revaloriser les berges de Senne". Elle estime qu'"il faut débétonner au profit d'espaces de végétation sur toute la superficie du PAD, où ne sont pas prévus d'autres espaces verts". C'est un enjeu majeur et criant d'actualité pour cette spécialiste des maillages verts et bleus : "davantage d'eau de pluie doit être récupérée et réutilisée, dirigée vers la Senne, absorbée par les espaces verts et plus par les égouts". Elle insiste : "pour la biodiversité, il faut aussi garder un côté sauvage aux berges du cours d'eau".

«Il ne faut pas que chaque acteur,public ou privé, se fasse son petit parvisau pied de son immeuble»

Plutôt qu'à la "vision" qu'est le PAD, les verts bruxellois seront donc attentifs au Contrat de Rénovation Urbaine N°7, "véritable outil de financement" des espaces publics du périmètre. "Il faudra définir qui fait quoi, comment, et avec quel financement", prévient Pauthier. Rejointe par sa consœur Parmentier : "Nous plaidons pour une coordination et un plan unique du réaménagement des espaces publics autour de la gare. Il ne faut pas que chaque acteur, public ou privé, se fasse son petit parvis au pied de son immeuble, sans vision d'ensemble". Et de conclure : "Si on rate l'espace public, le PAD sera raté".

Cette friche est le futur parc du quartier Midi: "Le PAD ne peut pas rater ses espaces publics"
©Julien Rensonnet