Critiqué pour son manque de sécurité, le Fuse Brussels va prendre des mesures supplémentaires contre les agressions sexuelles

La discothèque bruxelloise va déployer une équipe supplémentaire uniquement chargée de la lutte contre les agressions sexuelles.

Critiqué pour son manque de sécurité, le Fuse Brussels va prendre des mesures supplémentaires contre les agressions sexuelles
©Shutterstock

Depuis plusieurs semaines, le nombre de témoignages dénonçant des agressions sexuelles dans des bars et discothèques bruxellois se multiplient. La page Instagram "Balance ton Bar", qui collecte différents récits divulgués anonymement par les victimes*, a récemment partagé trois témoignages qui relatent un manque de sécurité dans la boîte bruxelloise du Fuse, située dans les Marolles.

Deux jeunes filles expliquent notamment ne pas avoir été prises au sérieux alors qu'elles demandaient de l'aide pour une amie, visiblement droguée au GHB. "Fermer les yeux et être agressif envers une personne dans le besoin, c'est intolérable. L'attitude du Fuse les rend complices d'un phénomène qu'ils sont censés combattre", regrettent les jeunes femmes.

Face à ces critiques, le Fuse a décidé de réagir. En réponse au témoignage, la discothèque a fait part de sa volonté de corriger le tir. "Nous prenons ce problème très au sérieux au sein de l'équipe", peut-on lire. "L'attitude décrite de notre personnel et de notre équipe de sécurité n'est pas acceptable, et soyez sûr que cela sera discuté en interne", précisent les responsables, en disant vouloir comprendre les tenants et les aboutissants de leur histoire.

Critiqué pour son manque de sécurité, le Fuse Brussels va prendre des mesures supplémentaires contre les agressions sexuelles
©Capture d'écran Instagram



Mais surtout, la boîte de nuit annonce vouloir former son personnel sur le sujet. "Notre équipe suit en ce moment même des formations sur les problématiques de harcèlement sexuel". Elle précise également vouloir engager du personnel de sécurité supplémentaire uniquement affecté au repérage de comportements suspects. "Nous avons aussi mis en place une liste noire à l'entrée, avec identité et photo pour s'assurer qu'ils ne remettent plus jamais les pieds dans l'établissement", affirme enfin le club.

"Comme l’ensemble du secteur de la nuit, nous savons que nous ne sommes pas parfaits, mais nous y travaillons de manière journalière", conclut-il.

*Si les témoignages ne sont pas vérifiés et ne sont pas forcément suivis d'un dépôt de plainte, ils permettent néanmoins de libérer la parole et montrent à quel point le phénomène semble répandu.

Sur le même sujet