Nouvelles pistes cyclables à l'avenue de Tervueren : très vives tensions entre Elke Van den Brandt et Vincent De Wolf

Une réunion a eu lieu entre la ministre bruxelloise en charge de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen) et Vincent De Wolf (MR). Un accord a été trouvé entre les deux parties pour adapter la piste cyclable mise en place par la commune d'Etterbeek.

Nouvelles pistes cyclables à l'avenue de Tervueren : très vives tensions entre Elke Van den Brandt et Vincent De Wolf
©BELGA

Vendredi dernier, Vincent De Wolf, bourgmestre d'Etterbeek, a pris une ordonnance de police pour construire, sur une zone régionale, une piste cyclable monodirectionnelle sur l'avenue de Tervueren entre le Cinquantenaire et Montgomery. Ce lundi, les travaux de traçage ont débuté, avant d'être poursuivis ce mardi. Et ce, sans que Bruxelles Mobilité et la Stib ne soient avisés et sans qu'un avis du Siamu ou d'un audit de sécurité routière ne soit rendu, à en croire le cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité. Ce manque de concertation fâche Elke Van den Brandt (Groen).

"En cachette de tous et en invoquant l'urgence, Vincent De Wolf a lancé des travaux pour tracer une piste monodirectionnelle alors qu'il y a un an, un deal avait été trouvé pour faire une piste bidirectionnelle. Et Etterbeek avait accepté", nous confie la porte-parole d'Elke Van den Brandt. Une réunion était d'ailleurs prévue le 17 novembre pour avoir un accord politique de tous les partis, la Région bruxelloise tentant de convaincre la commune de Woluwe-Saint-Pierre d'accepter le projet.

Mécontent, le cabinet de la ministre bruxelloise a adressé un PV à Vincent De Wolf. Ce dernier s'est dit "surpris" du contenu du PV alors qu'une réunion avait eu lieu ce lundi entre la ministre et le bourgmestre vers midi. Elke Van den Brandt ne comprenait pas la stupéfaction du libéral, confirmant qu'il avait bien été avisé de l'envoi de ce PV. "Nous partageons l'impatience du bourgmestre de voir une piste cyclable arriver le long de l'avenue de Tervueren mais nous déplorons la manière dont les travaux ont été lancés, sans respecter la loi. Vincent De Wolf n'a même pas prévenu son échevine de la Mobilité. Il a outrepassé tous les services légaux. Bruxelles Mobilité a constaté toutes ces infractions et a adressé un PV", commente encore la porte-parole de Van den Brandt.

Nouvelles pistes cyclables à l'avenue de Tervueren : très vives tensions entre Elke Van den Brandt et Vincent De Wolf
©JC Guillaume

Toujours est-il que, ces lundi et mardi, les travaux étaient en cours. Dès lors, le bourgmestre et la ministre se sont rencontrés pour adapter cette piste cyclable. "Nous avions une liste de demandes visant à améliorer la sécurité routière et respecter les protocoles de la Région. Le premier danger du tracé de la commune se trouvait sur la latérale nord, du côté du parc du Cinquantenaire. Il faut sécuriser les traversées avec le tram. Sur la latérale sud, la piste cyclable est trop étroite. Le bourgmestre a accepté. Il y a bien eu un accord politique. Si la commune respecte les prescriptions de la Région, les travaux ne seront pas interrompus", conclut la porte-parole de la ministre.

C'est donc bien une piste cyclable monodirectionelle mais adaptée qui devrait prochainement être effective le long de l'avenue de Tervueren entre le Cinquantenaire et Montgomery. Il faudra voir à présent ce qui se dessine au-delà, du côté de Woluwe-Saint-Pierre, où les autorités communales et régionales peinent à se mettre d'accord.

Nouvelles pistes cyclables à l'avenue de Tervueren : très vives tensions entre Elke Van den Brandt et Vincent De Wolf
©IPM

"Pas acceptable" selon Vincent De Wolf

Suite à la parution de cet article, Vincent De Wolf a contacté notre rédaction, estimant que certaines explications du cabinet de la ministre "ne sont pas acceptables".

Tout d'abord, le bourgmestre précise que les travaux n'ont pas été lancés en catimini. "Nous n'avons ni le matériel ni le personnel pour ce faire. C'est la société Trafiroad, qui est habituellement désignée par Bruxelles-Mobilité pour ses propres chantiers, qui s'est occupée de tracer ces pistes", assure-t-il.

Ensuite, le libéral indique qu'un audit de sécurité routière a bien été réalisé par ses propres services communaux. "Nous gérons 90% des voiries situées à Etterbeek. Nous services sont habitués et sont compétents pour penser de tels aménagements", insiste M. De Wolf.

Finalement, le bourgmestre trouve "scandaleux" que le cabinet Van der Brandt affirme que ces travaux aient été réalisés au mépris du deal trouvé il y a un an et demi. "Cet accord, nous l'avons conclu en juin 2020. Alors que personne ne voulait de son projet de piste bidirectionnelle, j'avais accepté une phase de test sur ma commune, à condition qu'on respecte nos mesures de sécurité et qu'elle se fasse à court terme. Depuis lors, rien n'a été fait. Je dispose d'ailleurs d'une copie du courrier envoyé le 14 décembre à la ministre signalant que les délais convenus entre nous pour la mise en place temporaire étaient déjà dépassés", se fâche Vincent De Wolf. Ce dernier conclut : "L'accord politique entre la Région et Etterbeek porte bien sur le choix définitif de deux pistes monodirectionnelles. Mais aujourd'hui, le projet régional n'est toujours pas finalisé..."

Sur le même sujet