La Ville de Bruxelles a rendu hommage aux athlètes paralympiques belges des Jeux de Tokyo

Une cérémonie en l'honneur des athlètes qui ont participé derniers Jeux paralympiques de Tokyo s'est tenue mardi soir dans la salle des milices de l'hôtel de Ville de Bruxelles devant une centaine de personnes.

La Ville de Bruxelles a rendu hommage aux athlètes paralympiques belges des Jeux de Tokyo
©BELGA
Belga

L'événement s'est déroulé en présence de la ministre fédérale de l'Intégration sociale chargée des personnes handicapées Karine Lalieux, du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close, du premier échevin chargé des Sports Benoît Hellings, ainsi que de l'échevine de l'Égalité des chances Lydia Mutyebele Ngoi. Ils ont ensemble réaffirmé leur engagement à soutenir l'inclusion sous toutes ses formes.

Des propos chaleureux et enthousiastes jugés encourageants par les sportifs. Le sprinter liégeois Roger Habsch, qui avait obtenu dans la capitale nippone deux médailles de bronze sur 100 et 200 mètres, et le cycliste bruxellois Maxime Hordies, médaillé de bronze au contre-la-montre, étaient présents, de même que le jeune talent en tir à l'arc Piotr Van Montagu, la cavalière Barbara Minneci et le nageur Aymeric Parmentier.

La Belgique est revenue avec 15 médailles (quatre en or, trois en argent et huit en bronze) des 16e Jeux paralympiques d'été 2020, qui se sont finalement déroulés du 24 août au 5 septembre de cette année à Tokyo, au Japon.

"Les athlètes ont repris l'entraînement et sont en train de participer à des championnats européens et à d'autres compétitions en vue des Jeux paralympiques 2024 de Paris", a souligné la présidente du Comité paralympique belge, Anne d'Ieteren.

"Nous avons remporté une médaille à Pékin en 2008, sept à Londres en 2012, 11 à Rio en 2016 et 15 à Tokyo. Cela progresse et les gens connaissent maintenant les athlètes paralympiques", s'est-elle réjouie. "Nous sommes heureux de l'attention médiatique, car c'est donner aux athlètes la place qu'ils méritent. Ils portent un message sociétal exceptionnel."

Les personnes en situation de handicap doivent encore souvent affronter des regards appuyés, alors que le talent et la persévérance qui caractérisent ces sportifs restent trop peu connus. La campagne "C'est maintenant qu'il faut regarder", lancée avant les Jeux, interpellait la population, lui demandant de ne pas dévisager en rue les personnes porteuses d'un handicap, mais plutôt de les regarder quand ils et elles font des performances.

Cette campagne "a notamment été mise en lumière par Bruxelles, qui a éclairé l'hôtel de Ville pour son lancement", a poursuivi Anne d'Ieteren. "Nous n'avons pas pu faire la cérémonie avec les athlètes olympiques, car les trois quarts de la délégation paralympique étaient encore à Tokyo et que le balcon de l'hôtel de Ville est difficilement accessible pour les personnes en chaise. Tout cela sera à penser pour Paris 2024...", a conclu la présidente du Comité paralympique belge.