Plaisirs d’Hiver: voici les mesures sanitaires qui seront d'application

La Ville de Bruxelles n’imposera pas le CST aux Plaisirs d’Hiver. Du moins si les règles sanitaires fédérales ne changent pas d’ici le 26 novembre et leur ouverture. Masque, flux, protocoles…: petit passage en revue des mesures covid annoncées.

Julien Rensonnet

3 millions de visiteurs: c'est le record d'affluence des Plaisirs d'Hiver. Un record qui remonte à 2019, puisque la pandémie a douché les espoirs de voir le marché de Noël bruxellois ouvrir ses chalets en 2020. Pour 2021, les autorités bruxelloises ne font aucun pari de fréquentation. Mais annoncent que, "si rien ne change", le Covid Safe Ticket ne sera pas obligatoire pour arpenter les allées gourmandes et illuminations de son événement-phare. Il sera cependant exigé sur les deux patinoires prévues, à De Brouckère et au Bois de La Cambre, "où la promiscuité est plus grande".

On a de quoi être un peu surpris. 3 millions de visiteurs, n'est-ce pas suffisant pour considérer Plaisirs d'Hiver comme "un événement de masse"? L'échevin des Affaires économiques Fabian Maingain (Défi) a la parade: " N'en déplaise aux grincheux, les Plaisirs d'Hiver, c'est aussi et avant tout un marché de Noël. Où s'applique donc le "protocole marché" ". L'entourloupe a son importance. Elle permet à la Ville de ne pas ceinturer ses différents sites de palissades gardées par des vigiles.

"La règle dit que le marché est un événement extérieur. On peut y consommer librement dans ses alléeset sur ses terrasses extérieures, où le CST ne s’applique donc pas"

Ce protocole n'exempte pas de toute mesure sanitaire . "Il n'exige en principe pas le masque mais nous l'imposerons", insiste Delphine Houba, échevine des Grands événements (PS). Relayée par Maingain, "spécialiste" du protocole marché: "La règle dit que le marché est un événement extérieur. On peut y consommer librement dans ses allées et sur ses terrasses extérieures, où le CST ne s'applique donc pas. Nous organiserons des flux de circulation, avec des sens uniques et une règle qui impose de tenir sa droite". Houba encore: "Le retour des chalets à la Bourse, les délocalisations de Winter Pop ou les illuminations des rues commerçantes permettent aussi d'atténuer les flux".

Attention: le CST restera obligatoire dans les musées et expos partenaires comme les Beaux-Arts, dans l'hôtel de ville où s'organise un baby corner, mais pas sur les manèges, réservés aux moins de 12 ans. Un flou demeure cependant quant au masque puisque certaines zones limitrophes en seront libérées, "comme le piétonnier". Ainsi, vous mettrez le masque à De Brouckère, l'enlèverez sur le piétonnier, puis le remettrez à la Bourse. Il y aura des distraits, c'est sûr…

Déambulation

Quoi qu’il en soit de ces subtilités de géolocalisation, le soulagement semble de mise à l’Hôtel de Ville. Car le contrôle du CST risquait de créer autant d’embouteillages piétons à l’orée des chalets qu’il ne risque d’y en avoir sur les routes y menant en voiture. Mais ça n’augure d’aucun relâchement. "Les mesures sanitaires seront fortes", prévient le Bourgmestre Philippe Close. Le premier citoyen annonce que sa police a déjà effectué 700 contrôles CST dans l’horeca depuis le 15 octobre, débouchant sur 126 PV. "On espère ne pas devoir sévir car les gens ont désormais acquis ces réflexes et comprennent que c’est dans l’intérêt de tous: une flambée risquerait de mettre fin prématurément aux réjouissances". Les amateurs de vin chaud sont prévenus.

"Nous avons des possibilités de fermer la Grand-Place ou le Vismet"

N'empêche: rien n'est figé dans le marbre . "Comme nos collègues de Namur ou Liège, on cherche encore la formule optimale. Si on doit s'adapter, on s'adaptera", glisse Close. "Notre avantage, c'est que Plaisirs d'Hiver repose depuis sa fondation sur une déambulation. C'est ce qui a fait notre célébrité partout en Europe par rapport à d'autres grandes villes qui se focalisent sur une seule et même place". Le maïeur sait qu'il n'est pas à l'abri d'un durcissement décidé par le codeco du 19 novembre. "Nous avons des possibilités de fermer la Grand-Place ou le Vismet. Car certains accès demeurent délicats, comme l'entonnoir de la rue au Beurre, au bas de la Grand-Place". Mais l'expertise de la Ville grandit sur le terrain: "On a vu lors de Bright Brussels que nous savions gérer les flux".

Et d’en appeler à la responsabilité des visiteurs: "Sur un tel événement, il faut une adhésion. Plaisirs d’Hiver, c’est une coproduction avec le public".