Le MR bruxellois réclame davantage de bandes de covoiturage "plutôt que réduire l’accès aux automobilistes"

Le MR a introduit une proposition de résolution pour "étudier la mise en place de bandes de circulation réservées au covoiturage dans le cadre du réaménagement des entrées de la ville de Bruxelles". Du côté de la majorité, on compte sur SmartMove pour obtenir de meilleurs résultats.

Le MR bruxellois réclame davantage de bandes de covoiturage "plutôt que réduire l’accès aux automobilistes"
©DR & Etienne Scholasse
Ro.Ma.

Les habitués des bouchons le constatent aisément s'ils jettent un coup d'œil à gauche ou à droite : les personnes seules dans leur véhicule sont légion sur les autoroutes pour entrer et sortir de Bruxelles. Un phénomène appelé par les spécialistes "autosolisme", et qui est présenté comme une des principales causes de l'insoutenable congestion bruxelloise.

Une des solutions envisagées : le covoiturage. Le plan de mobilité régionale Good Move prévoit d'ailleurs d'"accompagner la pratique du covoiturage", notamment en "insérant des voies spécifiques pour le covoiturage ou les transports publics"sur les grands axes d'accès à la Région… mais les libéraux bruxellois dénoncent un manque de proactivité en la matière.

La députée régionale Anne-Charlotte d'Ursel (MR) a introduit avec ses partenaires David Weytsman (MR) et Alexia Bertrand (MR) une proposition de résolution pour "étudier la mise en place de bandes de circulation réservées au covoiturage dans le cadre du réaménagement des entrées de la ville de Bruxelles".

"Plutôt que de réduire l'accès aux automobilistes, faisons des bandes de covoiturage. Il faut garder la capitale accessible et connectée au reste de la Belgique. On aimerait que, dans tous les dossiers et les négociations, il y ait une feuille de route pour étudier sérieusement la mise en place d'une bande de covoiturage", commente Anne-Charlotte d'Ursel.

La mandataire sanpetrusienne a identifié six axes, six entrées de Bruxelles, où le système pourrait être implanté : l'E40, l'avenue Charles Quint (et la ministre Groen l'envisage déjà), l'A12, le boulevard de la Woluwe, le boulevard industriel d'Anderlecht, ainsi que l'E411 (un "bon exemple"à poursuivre).

Les libéraux prônent un "système dynamique"qui définit des bandes de covoiturage en fonction des moments ainsi qu'une concertation interrégionale afin de commencer ces bandes en amont de Bruxelles, déjà dans le Vlaamse Rand.

Déjà dans SmartMove selon la majorité

La proposition des libéraux a été "prise en considération", et va désormais faire l'objet de travaux en commission mobilité, après le budget et l'ordonnance sur la micromobilité.

Du côté de la majorité bruxelloise, on assure que "le covoiturage fait partie de la stratégie de décongestion"et que "la proposition du MR sera étudiée avec intérêt". "Mais c'est ironique de la part du MR, car ils s'opposent à SmartMove qui apporterait beaucoup plus de résultats que leur mesure. Nous les invitons à avoir une position plus pragmatique et moins dogmatique par rapport à SmartMove", rétorque Arnaud Verstraete (Groen).

Le cabinet de la ministre Elke Van den Brandt (Groen) rappelle que "le covoiturage offre surtout des solutions aux personnes qui effectuent régulièrement des trajets identiques en termes d'itinéraire et d'horaire". Le ministère soutient déjà des plateformes de covoiturage (Autodelen.net, Taxistop, KoaLift, Mobicalendar…).