Elke Van den Brandt dénonce "un chantier illégal et sans concertation sur une voirie régionale à Etterbeek"

La ministre écologiste déplore les dégâts de deux arbres de l’avenue des Casernes. Le bourgmestre libéral etterbeekois réagit.

Elke Van den Brandt dénonce "un chantier illégal et sans concertation sur une voirie régionale à Etterbeek"
©Ro.Ma.
Ro.Ma.

Encore une friction entre le bourgmestre libéral d’Etterbeek et la ministre écologiste de la Mobilité. Mais l’objet de la discorde n’est cette fois-ci pas situé sur l’avenue de Tervueren, mais un peu plus au sud d'Etterbeek, sur l’avenue des Casernes.

Ce jeudi après-midi, Elke Van den Brandt (Groen) a dénoncé sur Twitter l'endommagement d'arbres se trouvant sur une voirie de la Région : "Bruxelles Mobilité a constaté ce matin, à nouveau, un chantier illégal et sans concertation sur une voirie régionale à Etterbeek. Des arbres ont été endommagés. Une expertise externe est en cours. J'espère que ceux-ci pourront survivre."

La commune d'Etterbeek a rénové l'avenue Général Bernheim et a entrepris des travaux sur la petite placette-trottoir au coin de l'avenue des Casernes. Bruxelles-Mobilité dénonce un "débordement" sur l'emprise régionale. "Des arbres ont été endommagés au niveau des racines. Ce chantier n'était pas prévu et il n'y a pas eu d'autorisation", commente la porte-parole de l'institution.

Une "tempête dans un verre d’eau" selon le libéral

"C'est une tempête dans un verre d'eau", rétorque Vincent De Wolf (MR), qui reconnaît que "la temporalité ne tombe pas bien", une semaine après la saga de la piste cyclable de l'avenue de Tervueren. "Il ne s'agit pas du tout de travaux en catimini. La commune a rénové l'avenue du Général Bernheim. Cela a été fait avec permis d'urbanisme, cahier des charges… Des travaux devaient se continuer au café le Stop. C'est un grand trottoir à environ 80% de la commune, à 20% à la Région."

Le libéral reconnaît cependant une "erreur administrative mineure".: la Région n'a pas été prévenue de l'intervention via la procédure ad hoc. "Un formulaire en ligne aurait dû être rempli. Ce n'est pas dramatique."

Concernant les arbres, le bourgmestre rappelle que les platanes soulevaient le dallage du trottoir et qu'il fallait intervenir. "Cela a été fait dans les règles. Les arbres ne sont pas déstabilisés. L'urgence est désormais de refermer les terres".

La rédaction a cependant pu consulter un diagnostic réalisé ce jeudi par un consortium indépendant, à la demande de Bruxelles Mobilité. Selon la société, "l'espérance de vie et le maintien" des deux arbres "sont fortement compromis", et il est conseillé de les abattre (ce qui n'est pas obligatoire). Les dégâts occasionnés aux arbres s'élèvent, toujours selon cet audit, à 14.065€.

Selon d’autres analyses communiquées verbalement à la commune (on attend le rapport), rien ne menace cependant la viabilité des arbres.

Voilà qui n'arrangera pas les relations entre les instances etterbeekoises et la Région.

Elke Van den Brandt dénonce "un chantier illégal et sans concertation sur une voirie régionale à Etterbeek"
©Ro.Ma.
Elke Van den Brandt dénonce "un chantier illégal et sans concertation sur une voirie régionale à Etterbeek"
©Ro.Ma.