A court de personnel, la Stib elle aussi contrainte de limiter son offre

La Société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib), à l'instar de la SNCB et De Lijn, doit réduire son offre par manque de personnel, en raison des restrictions relatives au covid.

A court de personnel, la Stib elle aussi contrainte de limiter son offre
©FLEMAL JEAN-LUC
BELGA

A partir du 31 janvier, le réseau des métros devrait connaître une baisse de régime, a annoncé mercredi la société. Les bus et trams devraient, eux, rester intacts. Ces derniers jours, la Stib a fait face à une augmentation des absences pour cause de maladie. Le trafic du métro a été affecté par le manque de conducteurs et de personnel de maintenance.

L'offre sera adaptée sur les quatre lignes de métro à partir de lundi. La fréquence passera de cinq à six minutes aux extrémités des lignes, ce qui résultera en une fréquence d'une rame toutes les trois minutes, contre deux et demi actuellement, sur les sections communes.

Le nombre de passagers étant actuellement inférieur à la normale, cela ne devrait pas entraîner une surcharge des véhicules, estime la Stib. "À l'heure de pointe du matin, les rames de métro ne sont actuellement remplies qu'à moins de 60% et à l'heure de pointe du soir, qui est un peu plus longue, le nombre de passagers est de 64%. Le nombre de passagers est plus étalé dans la journée qu'avant la pandémie".