Filtrage de véhicules, parking, parcours: le dispositif mis en place par la police pour l'arrivée du convoi de la liberté

Le convoi de la liberté est attendu à Bruxelles ce lundi. Pour éviter le chaos, la capitale a mis en place un dispositif particulier.

Depuis ce dimanche après-midi, la police fédérale se tient prête à Bruxelles, mais aussi à la frontière franco-belge, pour encadrer et limiter l'arrivée des véhicules composant les convois de la liberté. Des centaines de personnes s'apprêtent en effet à rejoindre notre capitale ce lundi, afin de manifester contre le pass sanitaire. Si les autorités bruxelloises et fédérales ont interdit les convois de la liberté, des manifestants se sont rassemblés par dizaines sur les routes françaises, en direction de chez nous et ont notamment fait escale à Lille ce dimanche après-midi. Leur intention étaitde passer la frontière ce dimanche soir ou voire ce lundi matin.

Pour encadrer le mouvement et éviter un blocage de Bruxelles (comme ce qu'on a pu voir à Ottawa au Canada notamment), les autorités ont prévu un dispositif particulier. Tout d'abord, la police est actuellement occupée à filtrer les entrées de véhicules dans la capitale. Ensuite, les participants peuvent aller jusqu'au parking C du Heysel, le seul endroit, d'une capacité de 10.000 voitures, où "une action statique" sera tolérée, d'après la police. De là, les manifestants pourront "négocier avec la police un parcours pour exprimer leur mécontentement", a ajouté Philippe Close au micro de RTL Info.

Le bourgmestre de Bruxelles s'inquiète pour le moment de l'ampleur du mouvement qui va déferler sur sa ville. "La difficulté de cette action, c'est qu'il n'y a pas de demande officielle. Donc on ne sait pas exactement combien de personnes seront là", a-t-il déclaré à nos confrères. Il a également été très clair sur ce qui serait autorisé au non dans la capitale: "Si les gens veulent venir manifester, on est une capitale de liberté d'expression. Par contre, il est impossible pour moi qu'on prenne la ville en otage, ses habitants et ses commerçants".

Des perturbations attendues

Si les convois sont interdits en tant que tels dans les rues, l'action des manifestants aura sans aucun doute des répercussions sur la circulation à Bruxelles. L'aéroport de Zaventem a conseillé aux voyageurs de prendre leurs précautions lundi et de venir en train par crainte d'un blocage des voies d'accès. L'hôpital universitaire UZ de Bruxelles a pour sa part prévenu qu'il pourrait être difficilement accessible.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...