Les témoignages de sympathie affluent à la suite du décès de Rudy Vanlancker : "Une catastrophe", "Il incarnait la gastronomie bruxelloise"

Philippe Close, De Corte... Les hommages au gérant de Chez Léon se multiplient.

La rédaction
Les témoignages de sympathie affluent à la suite du décès de Rudy Vanlancker : "Une catastrophe", "Il incarnait la gastronomie bruxelloise"
©TANGUY JOCKMANS

Bruxelles et ses restaurants portent le deuil ce mercredi. Comme on vous l'annonçait en ce début d'après-midi, l'emblématique patron du restaurant Chez Léon, Rudy Vanlancker, s'est donné la mort à l'âge de 63 ans.

Depuis l'annonce de la tragédie, les témoignages et marques de sympathie affluent. "Nous sommes sous le choc. Rudy Vanlancker est un des piliers de la vie bruxelloise. Toutes nos pensées vont vers sa famille", témoigne le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS)

Face à cette "triste nouvelle", l'échevin des Affaires économiques, Fabian Maingain (Défi) évoque la perte d'"un emblème de qualité pour Bruxelles". "Il incarnait la gastronomie bruxelloise. Ses établissements apportent, dans le quartier de l'îlot sacré, une attractivité pour la Ville."

Autre figure emblématique de l'Horeca bruxellois et particulièrement des foires, Patrick De Corte allait régulièrement manger au restaurant "Aux Armes", situé en face de "Chez Léon". "Ce décès est une catastrophe. Je le ne connaissais pas bien. Mais je l'ai déjà vu au stade de Molenbeek… et on avait parlé de frites notamment."

Les frites justement, un souvenir qui n'est pas près de disparaître : "Les frites de son restaurant étaient bonnes, croustillantes, bien cuites. Beaucoup restaurateurs de Bruxelles ne se rendent pas compte que les frites sont importantes."

Les circonstances du décès sont encore obscures. Mais sur les réseaux sociaux, le secteur n'hésite pas à pointer le climat difficile de l'Horeca."Le covid m'a coûté 20 ans d'économies", avait notamment confié le défunt restaurateur à notre rédaction en novembre dernier. "En tant que commerçant, j'ai mal au cœur. Je ne sais pas à quel point la situation économique a pesé sur lui. Mais j'ai lu l'article dans La Dernière Heure et je me suis dit : c'est un homme courageux. Perdre tout quand on a travaillé toute sa vie."

Toute personne ayant des pensées suicidaires peut contacter la ligne d'écoute du Centre de Prévention du Suicide au 0800/32.123 (elle est anonyme, gratuite et disponible 24h/24). Plus d'infos sur www.preventionsuicide.be.