Evacuations à Saint-Josse: la justice penche en faveur de la commune

Capital Construct avait saisi le Conseil d'Etat en urgence afin de suspendre les arrêtés pris par la commune de Saint-Josse ordonnant la suspension des travaux, et l'installation d'un dispositif de stabilisation.

Evacuations à Saint-Josse: la justice penche en faveur de la commune
©JC GUILLAUME
S.A.

Nouveau chapitre dans le dossier de la rue Scailquin à Saint-Josse, où 24 appartements ont dû être évacués d’urgence le 1er avril dernier. Pour rappel, l’immeuble évacué avait bougé, des fissures étaient apparues et les pompiers avaient alors ordonné l’évacuation de l’immeuble. Depuis lors, la commune et la société de construction jouxtant l'immeuble sinistré se livrent à une guerre ouverte qui les a menées ce vendredi devant le Conseil d’Etat, et les mènera mercredi prochain devant le Tribunal de première instance.

Depuis l’apparition des fissures, le bourgmestre Emir Kir (indépendant) a pris un arrêté suspendant les travaux de construction de Capital Construct, et a fait installer sur le site de ceux-ci deux dalles de béton et des tripodes afin de stabiliser l’immeuble impacté. La société de construction avait alors saisi le Conseil d’Etat pour suspendre les aménagements en cours par la commune.

Mais la plus haute juridiction du pays a finalement rejeté la demande de suspension de Capital Construct, indiquant que "que la société requérante n'apporte pas suffisamment d'éléments justifiant le préjudice financier qu'elle indique subir".

Les riverains toujours pas chez eux

Les tripodes seront placés lundi, suite à quoi les habitants évacués pourront regagner leur logis.

Pour Capital Construct, cet arrêté ne sonne pas vraiment comme une défaite. La société de construction maintient ses positions et attend l’audience au tribunal de première instance, mercredi, en assurant qu’elle n’est pas directement responsable de la situation.

La suite mercredi, donc.

Sur le même sujet