Le 8 mai, bientôt jour férié à Bruxelles ? Tous les partis de la majorité bruxelloise sont d'accord

Le député bruxellois Guy Vanhengel déposera bientôt une proposition de résolution considérant le 8 mai comme un jour légal et férié "pour commémorer la victoire de la démocratie sur le fascisme". Tous les partis de la majorité semblent d'accord.

Le 8 mai, bientôt jour férié à Bruxelles ? Tous les partis de la majorité bruxelloise sont d'accord
©BERNARD DEMOULIN
Sylvain Anciaux

Le 8 mai 1945, la Belgique est à la fête. L'Allemagne nazie est battue et l'Europe remporte la seconde Guerre mondiale. Le pays célèbre ce jour de victoire par un congé... jusqu'en 1973. Cette année, la coalition socio-démocrate avec les libéraux limite à dix le nombre de jours fériés en Belgique. Le 8 mai n'en fait pas partie.

En 2003, le gouvernement bruxellois choisit à nouveau ce jour comme date officielle pour la fête de la Région Bruxelles-Capitale, la "Fête de l'Iris", offrant alors un jour de congé aux fonctionnaires. Un jour d'arrêt qui sera probablement généralisé à tous les Bruxellois.

"Je fais partie de la génération qui a encore entendu, à l'heure du repas en famille, les histoires de la guerre et de ses conséquences notamment sur Bruxelles. Mes parents et grands-parents me racontaient comment ils devaient se cacher dans les caves, parfois pendant longtemps. Quand je vois les images d'Ukraine, tout ça remonte en moi. (...) Ce n'est qu'en connaissant son histoire que l'on peut prendre de bonnes décisions pour le futur", confie Guy Vanhengel (Open-VLD), qui s'apprête à quitter la scène politique d'ici la fin de la législature. Le libéral assure être appuyé dans cette démarche par des chercheurs, universitaires et associations.

Hasard du calendrier, le 9 mai, soit le lendemain, ce n'est plus la victoire de la démocratie sur le nazisme qui est célébrée, mais les institutions européennes créées suite à la déclaration de Schuman, le 9 mai 1950. "Ce sont deux éléments qui sont très symboliques et historiques. On le voit actuellement en Europe: la guerre contre le fascisme est bien d'actualité."

Une manoeuvre rendue possible par la Vivaldi qui, dans son accord de majorité, stipule que "les entités fédérées auront la possibilité de transformer leur jour férié en congé payé. Ceci devra se faire sans coût budgétaire supplémentaire." La proposition entame donc son parcours parlementaire, soutenue par le PS, Ecolo, Groen, one.brussels, Défi et l'Open-VLD. Une majorité qui devrait permettre, dès 2023, de marquer une journée d'arrêt pour se commémorer les conséquences du fascisme sur l'Europe et sa capitale, Bruxelles. Et Guy Vanhengel d'ajouter, sait-on jamais, qu'il n'est pas impossible d'élargir ce congé au fédéral.

Sur le même sujet