Il y a eu 1.000 demandes d'inscription de réfugiés ukrainiens à la Ville de Bruxelles

En quelques semaines, le Bureau des étrangers du service de la démographie de la Ville de Bruxelles a été saisi de 1.000 demandes d'inscriptions au Registre des étrangers de la part de réfugiés ukrainiens, a affirmé lundi l'échevin de la Population et de la Solidarité internationale, Ahmed El Ktibi (PS).

Il y a eu 1.000 demandes d'inscription de réfugiés ukrainiens à la Ville de Bruxelles
©Flemal

Interrogé par la conseillère communale de l'opposition Els Ampe (Open Vld) qui s'inquiétait du délai de délivrance de ce précieux sésame, l'échevin a expliqué que quelque 240 réfugiés ukrainiens avaient jusqu'ici été inscrits au Registre. A leur arrivée sur le territoire belge, les personnes en provenance d'Ukraine en possession d'une attestation de protection temporaire (APT) reçoivent, dans les jours qui suivent, un document baptisé "annexe 15" dans le jargon administratif. Valable pour une durée de 45 jours, celui-ci permet à son détenteur d'accéder au marché du travail et à une aide financière. Ce document est délivré dans l'attente d'une attestation de résidence, laquelle est délivrée après enquête.

Selon Ahmed El Ktibi, la priorité absolue du Bureau des étrangers de la Ville de Bruxelles a été donnée à la délivrance de l'"annexe 15". Des renforts d'autres services ont été organisés. Une équipe de six personnes est actuellement entièrement affectée à ce processus d'inscription. Jusqu'à présent, 915 "annexes 15" ont été délivrées et 240 inscriptions au Registre des étrangers ont été effectuées. D'après l'échevin, il faut compter à peu près un mois pour clôturer un dossier d'inscription au Registre.

Comme les autres Régions, Bruxelles devrait accueillir moins de réfugiés que prévu

Comme l'ensemble du pays, Bruxelles devrait accueillir moins de réfugiés ukrainiens qu'estimé initialement, a indiqué lundi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

Initialement, on tablait sur l'arrivée de 200.000 réfugiés en Belgique. Ce chiffre a été revu à la baisse, il y a une semaine, à hauteur de 78.000, a confirmé lundi le ministre-président bruxellois, interrogé en commission du Développement territorial par Pepijn Kennis (Agora). Etant donné que la répartition théorique initiale entre les différentes entités du pays misait sur une proportion de 10% à Bruxelles, ce ne seraient plus 20.000 mais 8.000 réfugiés que Bruxelles accueillerait, a dit en substance M. Vervoort. Mais on constate, jusqu'ici que cette proportion est théorique, a-t-il également répété. Ce sont 30% et non 10% des Ukrainiens arrivant en Belgique qui restent à Bruxelles où leur premier accueil est organisé. Actuellement, la Région bruxelloise est à la recherche d'une capacité d'accueil collective de 10.000 personnes. Elle a lancé un appel à cet effet tant en direction du secteur privé que du secteur public, a rappelé le ministre-président bruxellois.