La Grand-Place de Bruxelles, temple de la bière pour un week-end

51 brasseurs, 500 bières belges sur la plus belle place du monde. Dès maintenant, jusqu'à dimanche.

La Grand-Place de Bruxelles, temple de la bière pour un week-end
©DR

51 brasseurs, 500 bières belges sur la plus belle place du monde. Fidèle à sa tradition, le Belgian Beer Week-End a débuté vendredi après-midi par une cérémonie solennelle en hommage au saint patron des brasseurs, Saint-Arnould, à la Cathédrale des Saints Michel et Gudule à Bruxelles. Celle-ci a été suivie par une séance académique à l’hôtel de Ville de Bruxelles, au cours de laquelle les brasseurs belges et quelque 250 invités de la communauté internationale de la bière ont fait le point sur la situation du secteur.

Concrètement, le festival de la bière ouvre ses fûts ce soir, jusqu'à dimanche en fin de journée. L'entrée est gratuite mais, pour consommer, il faut acheter des jetons, par tranche de 10 euros (2 euros le jeton). Il est interdit d'apporter des sacs à dos ou des bagages sur le site.

La Grand-Place de Bruxelles, temple de la bière pour un week-end
©DR

Après trois années difficiles, l’industrie brassicole belge retrouve progressivement son niveau d’avant la pandémie : les volumes de bière en 2021 n’étaient inférieurs que de 8,7 % (contre 18,6 % en 2020) à ceux de 2019 et, au cours de ces deux dernières années, 68 brasseries ont été créées, portant le nombre total de brasseries à 408.

Un secteur confronté à la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine pèse néanmoins sur la vitalité du secteur brassicole belge. "Notre secteur est confronté à plusieurs défis majeurs. Nous apprécions donc le réel intérêt que nous portent les plus hautes instances politiques, présentes aujourd’hui au Belgian Beer Weekend, car nous aurons besoin de leur soutien dans différents domaines", explique le directeur de l'ASBL Brasseurs belges Krishan Maudgal. "L'impact du conflit en Ukraine sur la disponibilité et le prix des matières premières est énorme. La crise énergétique est aussi et avant tout un défi majeur pour l’industrie brassicole belge. Cela se traduit non seulement par des prix du gaz très élevés, mais cela affecte aussi directement l’ensemble de la filière. Un exemple concret est la disponibilité limitée en CO2, qui a paralysé plusieurs brasseries ainsi que certaines entreprises alimentaires."

Toutes les infos sur www.belgianbeerweekend.be.

La Grand-Place de Bruxelles, temple de la bière pour un week-end
©DR