Les riverains s’inquiètent "des nuisances inévitables" avec la potentielle arrivée de l'ambassade américaine à Etterbeek

Les Américains ont des vues sur le site ING du Cours Saint-Michel pour construire leurs ambassades auprès de la Belgique et, auprès de l’Union européenne, sur une seule localisation. La mission des USA auprès de l'OTAN restera par contre dans le nouveau quartier général de l'Alliance atlantique à Bruxelles.

Les riverains s’inquiètent "des nuisances inévitables" avec la potentielle arrivée de l'ambassade américaine à Etterbeek
©BELGA

La possible arrivée de l’ambassade américaine sur l’actuel site d’ING Cours Saint-Michel, à Etterbeek, provoque un certain émoi parmi les riverains. “Je suis ravi que les Américains choisissent notre belle commune pour s’établir”, avait déclaré Vincent De Wolf, bourgmestre d’Etterbeek, sur LN24 vendredi dernier.

Le comité Saint-Michel, qui représente plusieurs centaines de riverains, s’est exprimé dans un communiqué de presse pour faire part de son inquiétude quant “aux nuisances inévitables qu’entraînera l’implantation” de l’ambassade.

Ils réclament, pour “éviter la double peine,” d’écarter “pour les promoteurs, Immobel et Besix (propriétaires du site du Cours Saint-Michel), la possibilité d’ajouter des immeubles de logements supplémentaires qui viendraient aggraver les nuisances pour le quartier”.

Ils demandent que les habitants de tous les quartiers entourant le Cours Saint-Michel bénéficient d’un statut particulier pour continuer à circuler lors des événements qu’attireront les ambassades.

Le comité veut également être associé aux discussions urbanistiques concernant l’implantation des ambassades et veut s’assurer du maintien de l’accès à la zone verte et à la plaine de jeux, prévus dans le plan régional d’affectation du sol (PRAS).

Les Américains, qui avaient d’abord ciblé le site de la Royale belge à Watermael-Boitsfort, s’étaient heurtés au refus du bourgmestre écologiste Olivier Deleuze. Ils lorgnent désormais le site ING à Etterbeek pour y amener leurs représentations diplomatiques de Bruxelles, à savoir l’ambassade auprès de la Belgique, auprès de l’Union européenne, sur une seule localisation.

Le site actuel de l'ambassade américaine, entre le Parc royal et la Petite ceinture, ne satisfait plus depuis un certain temps à divers critères, dont celui de la sécurité exigée par ses occupants. L'ambassade des États-Unis à Bruxelles et la mission américaine auprès de l'Union européenne se trouvent sur leur site actuel depuis la fin des années 1940.

La mission des USA auprès de l'OTAN restera par contre dans le nouveau quartier général de l'Alliance atlantique à Bruxelles, précise l'ambassade américaine mardi.

L’affaire n’est pas tranchée et aucune décision formelle n’est encore tombée. Le projet est toutefois soutenu par la Région bruxelloise et le cabinet de Pascal Smet (Vooruit), secrétaire d’État à l’Urbanisme, le juge “sur une bonne voie et intéressant”.