Les socialistes bruxellois pour la construction de logement en zones naturelles

Les ministres socialistes au sein du gouvernement bruxellois se sont prononcé mardi pour la construction de logement sur 42 hectares de zones vertes de la capitale, rapporte le Standaard mercredi.

Belga
Les socialistes bruxellois pour la construction de logement en zones naturelles
©FLEMAL JEAN-LUC

Intervenant lors d'un salon de l'immobilier, le ministre-président Rudi Vervoort, la secrétaire d'Etat au Logement Nawal Ben Hamou et son homologue Pascal Smet en charge de l'Urbanisme ont défendu une série de projets immobiliers au centre de critiques depuis des années.

Il s'agit notamment des projets sur le Marais Wiels (à Forest), celui des Dames Blanches (à Woluwe-Saint-Pierre), la friche Josaphat (Schaerbeek) ou encore au Donderberg (Laeken), soit au total 42 hectares.

Ces projets de chantiers essuient depuis des années l'opposition ferme de comités de riverains et autres associations de défense de l'environnement.

"Ils utilisent l'environnement comme prétexte pour contrer tout projet de construction, qu'il soit public ou privé", a dénoncé M. Vervoort lors de ce salon.

"Je prends la protection de la biodiversité très au sérieux, mais qui parle encore aujourd'hui de la crise sociale, du manque de logements accessibles? (...) L'environnement est certainement un aspect essentiel, mais il ne peut primer sur les volets sociaux et économiques", a jugé M. Vervoort.

Pour Pascal Smet, cette opposition relève en réalité du phénomène Nimby (not in my backyard, ndlr). "Je suis pour la biodiversité, mais cet argument ne peut être utilisé pour bloquer des projets immobiliers".

Ces interventions publiques des ministres socialistes ont été chahutées par une trentaine de militants de gauche présents lors de ce salon. Ceux-ci ont dénoncé les "liens de proximité entre le monde politique et les promoteurs immobiliers".