Le cardinal De Kesel s'est entretenu avec des réfugiés ukrainiens samedi à Schaerbeek

Le cardinal-archevêque de Malines-Bruxelles, Jozef De Kesel, est venu à la rencontre de sept réfugiés ukrainiens, samedi, chez des habitants de Schaerbeek où ils sont hébergés.

Le cardinal De Kesel s'est entretenu avec des réfugiés ukrainiens samedi à Schaerbeek
©GUILLAUME JC

Durant une heure et demie, le haut dignitaire de l'Église catholique a écouté les récits de ces deux adultes et de ces cinq jeunes gens âgés de 14 à 30 ans, déplacés en raison de l'invasion russe dans leur pays. "C'était très impressionnant d'écouter leur histoire, d'entendre les raisons précises pour lesquelles ils ont décidé de fuir leur pays", a raconté à Belga Geert De Kerpel, porte-parole du cardinal de Kesel. "Une dame nous a montré une photo de l'appartement de sa fille, complètement détruit. Une autre réfugiée, une jeune femme, nous a expliqué qu'elle n'avait pas eu de contact avec ses grands-parents depuis mars, car ils vivent à Kherson, une ville du sud de l'Ukraine, occupée par les Russes. Elle ne parvient plus à les contacter", a-t-il poursuivi.

Ces Ukrainiens ont aussi parlé au cardinal de leur accueil chaleureux en Belgique et de leurs espoirs de rester libres et de poursuivre leurs projets. "Les plus jeunes, qui ont été séparés de leurs parents, ont repris des études ici. Certains d'entre eux suivent aussi des cours de musique à l'Académie des Arts. Ils ont même joué du piano ce samedi. C'est parfois comme cela aussi qu'on fait passer certaines émotions. C'était très touchant", a rapporté Geert De Kerpel.

Le cardinal a principalement écouté ces personnes, selon son porte-parole, souhaitant surtout leur montrer, par sa présence, qu'elles n'étaient pas oubliées. "Il leur a montré tout son soutien, comme il le fait aussi chaque année avec d'autres réfugiés, et leur a exprimé sa solidarité", a encore commenté Geert De Kerpel. "Sa venue était aussi destinée à soutenir cette famille de Schaerbeek qui, comme d'autres, n'a pas hésité à ouvrir les portes de sa maison pour accueillir des personnes en difficulté", a-t-il ajouté.