Vervoort: "Là où Good Move crée de la tension, mieux vaut ne pas s'obstiner"

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) appelle vendredi dans une interview au Soir à intensifier la concertation face à l'opposition contre le plan de mobilité régional Good Move et à "ne pas s'obstiner là où il crée de la tension".

Rudy Vervoort (PS), ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale (Alexis Haulot)
Rudy Vervoort (PS), ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale (Alexis Haulot) ©Alexis Haulot

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

"Quand un problème menace la paix sociale, il faut pouvoir mettre le holà. Je ne dis pas qu'il faut renoncer, mais qu'il y a un travail d'apaisement à mener. Il faut faire retomber la pression", estime le ministre-président, mais sans pour autant abandonner le plan.

"Là où il n'y a pas de problème, il n'y a pas de raison d'arrêter. En revanche, là où Good Move crée de la tension, il ne vaut mieux pas s'obstiner. Ce serait même contre-productif pour l'ensemble du projet. Nous sommes dans un moment de crise, de polarisation extrême. D'où l'importance de se dire qu'il faut prendre le temps de respirer un bon coup avant de recommencer à travailler sur le plan."

L'opposition au plan Good Move a donné lieu à des violences mardi soir à Schaerbeek. Plusieurs agents de police ont été blessés lors d'affrontements qui ont donné lieu à plusieurs arrestations, dont certaines judiciaires.