Anderlecht, Saint-Gilles, Molenbeek : trois bagarres au couteau en moins d’une heure font quatre victimes

Quatre personnes ont été poignardées à Bruxelles lundi soir. Deux des victimes sont décédées, d’après la zone de police.

Un des suspects est déjà connu des autorités
©BELGA

Deux décès et deux blessés dont un dans un état grave. C’est le bilan de ce lundi soir à Bruxelles.

Aux alentours de 18 heures, un cycliste et un piéton ont été poignardés quai de Veeweyde à Anderlecht dans les environs du numéro 70. Selon les premières informations, les deux victimes ne semblent pas se connaître. L’auteur des coups de couteau a pris la fuite. Il aurait d'abord été signalé du côté du campus du Ceria qui a été bouclé et ensuite du côté de l'autoroute. L’hélicoptère de la police fédéral est venu en renfort des agents locaux pour le débusquer. Les jours de la première victime ne sont pas en danger mais la seconde est dans un état critique. Toutes les deux ont été transférées à l’hôpital.

La seconde agression a eu lieu à Saint-Gilles à hauteur de la place Bethléem vers 18 h 20. La zone de police Midi fait état d’une personne décédée. La thèse du règlement de compte est envisagée par les forces de l’ordre. En effet cette place a déjà été le théâtre de coups de feu ou d’attaques ciblant un bar. Le scénario d’un acte terroriste n’est pas privilégié par les autorités locales.

Dix minutes plus tard à 3,5 kilomètres de là, rue de Koninck à Molenbeek, une autre personne est agressée, encore une fois au couteau. La victime est décédée sur place selon la zone de police Ouest. Selon nos confrères de La Capitale, les faits se seraient déroulés dans un centre d’hébergements pour réfugiés. Une source évoque une bagarre entre deux sans papiers. Cette fois-ci, l’auteur de l’agression a été interpellé.

Pas de lien évident entre les affaires

Avec un tel rapprochement chronologique entre les différentes affaires, la question d’un acte organisé se pose évidemment. Les zones de police Ouest et Midi nous assurent que “pour le moment” aucun lien évident ne peut être fait entre les trois affaires. Coïncidence morbide donc ? Le parquet est saisi des affaires et apportera des précisions.

Pour le moment, deux auteurs sont donc toujours recherchés : celui de Saint-Gilles et celui d’Anderlecht.

Note de la rédaction :

Une source nous avait indiqué qu’une personne était décédée suite aux événements d’Anderlecht. Cette information a été réfutée par la zone de police Midi.