Une manifestation nationale aura lieu le 26 février à Bruxelles pour la paix en Ukraine

La plateforme "Europe for Peace and Solidarity" a lancé mardi un appel en faveur d'un rassemblement national le dimanche 26 février prochain à Bruxelles afin de protester contre la guerre en Ukraine.

Une trentaine d'organisations ont déjà répondu à l'appel. Le même week-end, des manifestations auront lieu dans plusieurs capitales européennes sous la bannière "Europe4Peace".

La manifestation s'élancera à 13h00 de la gare de Bruxelles-Nord. La plateforme "Europe for Peace and Solidarity" condamne une nouvelle fois "l'agression russe contre un pays souverain et souhaite exprimer sa solidarité avec toutes celles et tous ceux qui sont victimes de la guerre."

"La guerre doit cesser pour éviter de nouvelles effusions de sang. L'escalade continue de la logique de guerre, aussi depuis la Belgique et les pays européens, a des conséquences toujours plus désastreuses et potentiellement apocalyptiques vu la menace nucléaire qui continue de grandir", met ainsi en garde la plateforme.

Guerre en Ukraine: 25 morts dans la région frontalière russe de Belgorod depuis le début de l'offensive

Les organisations appellent également de ses voeux "une diplomatie de paix active". "Tous les moyens diplomatiques doivent être déployés pour amorcer une désescalade et amener les parties belligérantes à un cessez-le-feu en vue de pourparlers menant à une paix juste et durable", peut-on notamment lire dans le texte d'appel de la plateforme.

Les organisations demandent aussi que l'on tire les enseignements de ce conflit et soulignent "la nécessité de bâtir un système de sécurité collective et indivisible, une nouvelle architecture de sécurité fondée sur le principe que la sécurité ne peut être recherchée aux dépens des autres."

Les organisations s'inquiètent enfin "des conséquences sociales, économiques et environnementales de la guerre et des contre-mesures prises, qui expliquent en grande partie la crise énergétique, la hausse des factures d'énergie et l'inflation."

"Ce sont toujours la planète et les populations, en particulier les plus fragiles, qui paient le prix des guerres entretenues par nos dirigeants et l'industrie de l'armement", concluent-elles.