En cause, la suppression de la voie ferroviaire 26 A au port de Bruxelles.

D’ici l’été 2021, le risque de voir quelque 3 500 camions débarquer dans les rues de la capitale est bien réel. En cause, Infrabel a l’intention de supprimer le raccordement ferroviaire 26 A au port de Bruxelles. Retour sur un dossier "pourri" qui traîne depuis de longues années et dont l’issue pourrait, à l’été 2021, avoir un lourd impact sur la mobilité à Bruxelles.

La décision de supprimer le raccordement ferroviaire au port de Bruxelles s’explique par le fait qu’Infrabel doit respecter l’arrêté royal du 31 décembre 2004, pris par le gouvernement fédéral de l’époque, qui stipule que le terrain de 40 ha appartenant au Fonds de l’Infrastructure ferroviaire (FIF) situé sur le site de Schaerbeek Formation doit être dépollué par la SNCB et démantelé au plus tard pour le 31 décembre 2020. Une date finalement reportée au 31 juin 2021. Si ce n’est pas le cas, des pénalités de 7 millions d’euros devront être payées au FIF par Infrabel.

Cet arrêté royal avait à l’époque été pris afin de céder les terrains de la SNCB pour y créer le stade national. Une idée finalement abandonnée en 2013, mais l’arrêté royal est toujours bel et bien en vigueur malgré la prise de conscience tardive de l’utilité de cette voie ferrée en vue de la future affectation du site de Schaerbeek Formation, où le Centre européen des fruits et légumes va voir le jour dans les prochaines années.

La ligne n’est pour le moment pas utilisée pour le transport de marchandises mais le port de Bruxelles souhaite la conserver dans la perspective du développement d’un centre de transport multimodal sur le site de Schaerbeek Formation. En effet, cette voie 26 A permet de contourner Bruxelles vers l’est et ainsi d’éviter la jonction Nord-Midi aux trains de marchandises.

Aujourd’hui, seules deux zones sont desservies par le secteur fret ferroviaire en région bruxelloise : l’avant-port, situé au nord de Bruxelles à la frontière avec la région flamande, et le site Audi à Forest. "Le démantèlement des voies serait en violation flagrante avec le règlement relatif au réseau transeuropéen de transport", relève le député MR Gaëtan Van Goidsenhoven, qui a interpellé le ministre de l’Environnement Alain Maron (Ecolo). "La Région a-t-elle entrepris des négociations de la dernière chance avec Infrabel pour qu’elle renonce à son projet de supprimer le raccordement au réseau Infrabel du faisceau des voies installées à l’avant-port ?"

Dans sa réponse, le ministre Maron a expliqué "qu’aucune solution n’a malheureusement pu être dégagée jusqu’à présent pour éviter son démantèlement".

Une situation d’autant plus problématique que la Région bruxelloise envisage de créer un terminal ferroviaire sur le site de Schaerbeek Formation. "Le Centre européen des fruits et légumes va aussi s’implanter sur le site de Schaerbeek Formation, ce qui engendrera le transport de nombreux conteneurs supplémentaires au port de Bruxelles. En globalisant les trafics, la société qui assurera le transport par rail évalue le nombre de camions à 3 500. La suppression de ce raccordement serait donc néfaste pour la mobilité à Bruxelles", conclut Gaëtan Van Goidsenhoven.