Le libéraux bruxellois prônent la création d'une cartographie de l'exposition aux pollens et demande au Fédéral de faire étiqueter le potentiel allergisant d'un végétal vendu dans le commerce.

Les libéraux bruxellois ont déposé une proposition de résolution destinée à placer les pollens allergisants sur la liste des polluants, au même titre que ceux déjà surveillés dans le cadre de l'évaluation de la qualité de l'air en Région bruxelloise. Portée par Anne-Charlotte d'Ursel, cette proposition sera débattue demain en commission Environnement du parlement bruxellois.

Anne-Charlotte d'Ursel, accompagnée par Viviane Teitelbaum et Abdallah Kanfaoui, rappelle que la législation actuelle relative à la qualité de l’air ambiant, que ce soit dans un cadre de monitoring ou de mesures d’urgence, ne couvre pas la question des pollens allergisants malgré leur statut de polluant atmosphérique. "Or, les pollens allergisants ne sont pas repris dans la liste des polluants concernée par une évaluation obligatoire. Pourtant ils pourraient y être ajoutés au regard de l’article 3.2.4 de l’ordonnance étant donné qu’ils répondent aux critères suivants donnés par l’article : "la gravité, la fréquence des effets ; en ce qui concerne la santé humaine (…), la présence généralisée et le niveau élevé du polluant dans l’atmosphère (…) l’importance de la population (l’impact du polluant) ", explique-t-elle, s'étonnant que "la réglementation bruxelloise en matière de pics de pollution atmosphérique n’englobe nullement ce type de polluants atmosphériques".

Le Fédéral monitore pourtant la présence de pollens allergisants dans l'air au quotidien. "Ce monitoring permet la constitution d’un calendrier et un bulletin pollinique et fongique et nourrit aussi les prévisions de l’Institut Royal Météorologique. Cependant, il n’y a aucune obligation ni volonté formellement manifestée par les pouvoirs régionaux de relayer les résultats de ce monitoring dans le cadre de leur politique de diffusion d’information sur la qualité de l’air."

Outre l'intégration de ces pollens allergisants dans la liste de polluants et l'instauration de plafonds d'émission, les libéraux bruxellois souhaitent aussi que soit établie une cartographie bruxelloise de l’exposition aux pollens allergisants. Ils demandent également d’adopter une réglementation sur des mesures d’urgence d’information et de prévention en vue d’avertir des pics de concentrations atmosphériques de pollens allergisants, d’intégrer les indices de risque pour la saison pollinique et les bulletins polliniques du Réseau de Surveillance Aérobiologique Belge dans les informations diffusées à la population.

Le MR voudrait encore intégrer la prise en compte des pollens allergisants lors du choix des essences d’arbres pour toute plantation en voirie ou d'espaces verts, intégrer la prise en compte des pollens allergisants dans l’évaluation du risque obligatoire lors de l’examen pour l’octroi des autorisations régionales pour les plantations d’espèces non indigènes et plaider auprès du gouvernement fédéral pour une obligation d’étiquetage des végétaux commercialisés indiquant le potentiel allergisant du végétal.