Bruxelles

La Ville de Bruxelles, la Région bruxelloise, la Stib et la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles ont annoncé ce mercredi leur mobilisation à l'occasion de la rentrée de septembre et de la poursuite de la phase test du plan circulation autour du nouveau piétonnier du centre-ville.

"L'objectif commun de cette initiative concertée est de permettre à tout qui reprend le chemin du travail ou de l'école, à partir de la semaine prochaine, de se déplacer le plus efficacement possible et donc aussi de la manière la plus adaptée pour rejoindre le centre de Bruxelles", peut-on lire dans le communiqué. Le plan de circulation, en phase test de huit mois, sera mis en "situation réelle" pour la première fois, avec la rentrée scolaire et un trafic plus dense. Depuis le 29 juin, une grande partie des boulevards du centre est devenue piétonne. La Ville de Bruxelles rappelle que des panneaux indiquant l'aménagement du piétonnier ont été installés et des campagnes d'information sont en cours pour faciliter la circulation.

Les différentes autorités incitent les "Bruxellois et navetteurs à délaisser l'usage de la voiture pour gagner le centre de Bruxelles au profit des modes de transport alternatifs."

"Les automobilistes venant de l'extérieur de Bruxelles peuvent garer leur voiture sur un des parkings périphériques (Kraainem, Ceria, Erasmus, Stalle, Herrmann-Debroux ou Delta) et ensuite emprunter les transports en commun", poursuit le communiqué qui recommande également aux conducteurs de se tourner "vers les parkings souterrains" du centre-ville.

Bruxelles-Mobilité indique, par ailleurs, que la rue Belliard sera à nouveau accessible dans sa totalité dès le mardi 1er septembre.

La police de la zone de Bruxelles Capitale-Ixelles a fait savoir, de son côté, qu'elle a commencé "depuis quelques jours à verbaliser les infractions sur le piétonnier. (...) L'attention de la police se portera également sur les cyclistes qui rouleraient dans les limites de cet espace à des vitesses excessives (la vitesse maximale autorisée est de 6 km/h), au risque de mettre les autres usagers en danger."

Pour des raisons évidentes de sécurité, les taximen doivent aussi circuler à une allure très réduite : en dessous de 10 km/h. "Ceux qui ne respecteront pas cette règle perdront leur code d’accès", avait précisé Pierre Steenberghen, secrétaire général du GTL (Groupement national des entreprises de taxis), en juin dernier (voir ici).

Les autorités annoncent également la mise en place le 31 août d'une plate-forme "réunissant la Ville de Bruxelles, Bruxelles-Mobilité et la police locale pour informer le public en temps réel de la situation de la mobilité à Bruxelles ce jour-là, notamment via les réseaux sociaux."