Bruxelles

L'échevine de l'Égalité des genres et des chances de Schaerbeek, Sihame Haddioui (Ecolo) "regrette profondément l'utilisation d'une violence pour en condamner une autre", a-t-elle indiqué en réaction à un visuel de prostituées placardé dans une rue de la commune bruxelloise. Cette affiche a été placée à l'initiative de l'agence de communication Mortierbrigade dans le but de "faire ralentir les conducteurs", après un accident survenu jeudi. "Voici comment faire ralentir les hommes. Testé et approuvé dans la rue d'Aerschot", peut-on lire sous l'affiche, en référence à la rue schaerbeekoise connue pour ses bars de prostitution.


L'initiative intervient deux jours après qu'une jeune fille de 14 ans a été renversée dans une rue de la commune par un chauffard. Elle a été hospitalisée dans un état critique mais son état est jugé stable actuellement. Le conducteur du véhicule, qui a pris la fuite après l'accident, a été arrêté peu après. Il a été depuis libéré mais reste inculpé.

L'affiche a peu goûté aux autorités communales schaerbeekoises. "Il n'est pas acceptable d'instrumentaliser les travailleuses du sexe pour produire une affiche qui essentialise tant les femmes dans un rôle d'objet sexuel que les hommes dans celui de prédateur", déplore l'échevine de l'Egalite des genres et des chances. "Si la sécurité routière est une priorité à Schaerbeek, elle ne peut se faire au détriment de la banalisation du sexisme et de la culture du viol. Si l'agence de communication souhaite vraiment soutenir la sécurité routière, je les inviterai dès lundi à mettre à profit leur créativité de manière respectueuse de tous et toutes", conclut l'échevine.