Bruxelles Pour aider Medecine Bear en prison depuis 1986, Agnès écrit à Barack Obama. Et paie 64 dollars de téléphone tous les jours.

"Je suis certaine que Patrick est innocent, qu’il n’a pas commis ce meurtre. Cela ne me décourage pas d’être la seule au monde à le défendre. Le problème : j’habite Bruxelles et Patrick Hoffman purge sa peine de prison à vie au pénitencier de Spokane. C’est loin."

C’est le combat de sa vie. Le combat d’Agnès Abramsen, la Bruxelloise de 75 ans qui veut faire plier la justice américaine. Qui, selon elle, a condamné à tort un certain Patrick Hoffman pour le meurtre d’un policier en 1986. Cet Hoffman est détenu dans l’État de Washington, à l’autre bout des États-Unis, près du Pacifique.

La Bruxelloise a écrit à Barack Obama, au gouverneur de l’État Jay Insleen, aux sénatrices Patty Murray et Maria Cantwell, à des dizaines d’avocats criminels. "Je remue ciel et terre pour prouver que Patrick est en prison par erreur depuis 32 ans. Et que les États-Unis ont aussi laissé mourir en prison son père Elmer Mc Ginnis qui était innocent comme lui."

Le 26 août 1986, à 2 h du matin, le policier Louis Millard était tué et son collègue John Dick blessé par balles, à Nespelem, dans la réserve indienne de Colville, le comté d’Okanogan. Agnès Abramsen connaît le dossier sur le bout des ongles. "Il fait 6 500 pages. Je l’étudie. J’y trouve des contre-vérités, des invraisemblances, des incohérences. Je connais si bien le dossier que si je pouvais affronter le procureur, je le mettrais au tapis. C’est truffé d’erreurs et l’on a quand même condamné cet homme."

(...)