Des arrêts de travail ont eu lieu lundi matin pendant 50 minutes à partir de 08H30 dans 15 écoles uccloises, tous réseaux confondus, a indiqué Isabelle Malmendier, déléguée syndicale CSC enseignement. Ils visent à protester contre les nouveaux tarifs prohibitifs des cartes de stationnement. Des tracts ont été distribués dans les rues avoisinantes. Ils invitent les personnes à signer la pétition et à se mobiliser le 29 septembre pour la remettre lors du prochain conseil communal. L'action a été soutenue par le Setca et le SLFP. Les professeurs prospectent d'introduire un recours devant le conseil d'Etat d'ici la fin du mois. Yves Dupuis, permanent responsable du non marchand Setca, ajoute que des tracts ont également été distribués dans des magasins à la clinique Edith Cavell. Le syndicat appelle le personnel des services publics concerné et le secteur marchand à se mobiliser.

Le 23 juin dernier, le conseil communal ucclois a adopté son plan de mobilité pour limiter l'emploi de la voiture, conformément aux décisions prises par la Région de Bruxelles-Capitale. Celui-ci rentrera progressivement en application à partir du 26 septembre. Les enseignants devront débourser 600 ou 900 euros par an pour une carte de stationnement, en fonction du nombre de membres du personnel dans leur établissement scolaire.

La Région conseillait des tarifs tournant autour de 75 euros par an. "L'intention de diminuer la voiture est louable, mais le réseau de transport en commun est limité à Uccle", remarque Isabelle Malmendier. Les syndicats relèvent également qu'avec la division par zones, des professeurs qui travaillent dans différentes écoles se voient contraints selon ce plan de prendre plusieurs cartes de stationnement.