Le gouvernement bruxellois a décidé de lancer une procédure judiciaire contre le procureur du roi, soit son substitut Christophe Reineson qui s'est joint à la plainte en cessation récemment déposée par Inter-Environnement Bruxelles. L'objectif de la Région est de faire lever le plus rapidement possible les scellés qui ornent les platanes de l'avenue du Port, rapporte vendredi Le Soir.

Ces scellés représentent un répit pour les riverains, bien décidés à éviter les travaux sur cette artère bruxelloise. Ils espèrent réussir à empêcher ces travaux jusqu'à l'expiration du permis le 8 octobre prochain.

La nouvelle procédure judiciaire viendrait plus que probablement de la ministre Brigitte Grouwels (CD&V), très isolée dans ce dossier auprès du gouvernement bruxellois. Elle n'en aurait d'ailleurs rien dit jeudi au conseil des ministres.

L'affaire sera déposée devant le juge vendredi matin, à 11 heures.

le substitut baptise ses conclusions "meerplatanenminderBrigitte"

Les avocats de la Région bruxelloise ont fortement protesté contre le rôle joué par le substitut du parquet de Bruxelles qui a autorisé le 5 septembre dernier l'apposition de scellés sur les platanes de l'avenue du Port. Ils ont réclamé vendredi, devant le juge des référés, la levée de ces scellés.

Le substitut a d'ailleurs baptisé ses conclusions dans cette procédure "meerplatanenminderBrigitte" ("plus de platanes, moins de Brigitte", ndlr), ce qui est, selon les avocats, une référence à la ministre Brigitte Grouwels. Les avocats de la Région bruxelloise ont pu prendre connaissance du titre des conclusions dans un e-mail envoyé par le substitut Christophe Reineson. "Nous ne pouvons pas récuser un substitut d'un ministère public parce qu'il est pour une fois partie et qu'il doit adopter un point de vue", a déclaré l'avocat de la Région, Me Ghysels. "Mais, selon le droit, ce rôle ne peut pas déraper vers de l'animosité, ce qui est clairement le cas."

Le substitut a été remplacé à l'audience par son collègue Walter Quirynen. Celui-ci a regretté le titre choisi par son collègue.

La porte-parole du parquet, Wenke Roggen, a reconnu que le titre était inapproprié. Elle a ajouté que ce n'était pas le substitut Reineson qui l'avait choisi, mais un collègue.

Me Ghysels a indiqué avoir informé le procureur du Roi et le ministre de la Justice. Celui-ci aurait déjà fait part de son mécontentement quant à ce nouvel élément.