Bruxelles

Nuisances sonores

Landuyt sommé de payer des astreintes

un huissier de Justice a sommé jeudi le ministre de la Mobilité Renaat Landuyt de procéder au paiement des 50 000 euros d'astreintes que lui réclame l'association Bruxelles Air Libre Brussel dans le cadre d'infractions aux normes bruxelloises de bruit commises lors du survol de la capitale par des avions en provenance de l'aéroport national de Zaventem. Ces infractions (10) avaient été relevées le 15 mai. L'association avait demandé, par courrier et jusqu'ici en vain, le paiement de ces astreintes. Selon l'avocat de l'association, Me Beauthier, interrogé jeudi, l'huissier de Justice reçu fraîchement au cabinet du ministre a donné à Renaat Landuyt un délai de 24 heures pour effectuer ce paiement, faute de quoi l'association ferait procéder la semaine prochaine à une saisie de bien(s). Pour Me Beauthier, cette obstination du ministre à ne pas payer "frise l'aspect pénal". Conformément à une décision de justice de février, l'association est autorisée depuis le 10 mai à exiger le paiement d'astreintes pour chaque survol de Bruxelles effectué dans le cadre du plan Anciaux de dispersion et constaté en infraction par rapport aux normes bruxelloises de bruit. Jusqu'ici Bruxelles Air Libre s'est contentée de faire constater par huissier une première série de 10 infractions relevées entre 6h et 7h le 15 mai. Elle ne compte pas s'en contenter et procédera ultérieurement à des constats au départ des relevés acoustiques effectués par Bruxelles-Environnement. Le ministre Landuyt a de son côté intenté une action en référé pour contester le paiement d'astreintes. Les plaidoiries dans le cadre de ce recours seront prononcées le 27 juin à partir de 9h30. (Belga)

Logement

FGTB, CSC et locataires pour un blocage des loyers

il faut bloquer temporairement les baux et les loyers pour pouvoir se donner le temps de rechercher des solutions durables à la crise du logement qui frappe de plein fouet les habitants de la capitale. Ce message a été adressé jeudi par le biais d'un mémorandum adressé aux futurs élus fédéraux par un front commun bruxellois réunissant la FGTB, l'aile Moc (Mouvement Ouvrier Chrétien) de la CSC et le Syndicat des Locataires. Il part du constat suivant : le poids des loyers dans le budget des ménages pèse beaucoup trop lourdement sur le budget d'un nombre de plus en plus élevé de personnes y compris au sein de la catégorie des travailleurs. S'exprimant jeudi au nom du front commun, aux côtés de Philippe Vanmuylder (FGTB-Bruxelles) et de Daniel Fastenakel (Moc-Bruxelles), le président du Syndicat des Locataires, José Garcia, a estimé que les différentes formations de l'échiquier ne proposaient que des mesurettes face à la crise du logement, "hormis Ecolo". Aux yeux des signataires du mémorandum, il faut bloquer durant au minimum un an les loyers, mais aussi les baux pour que la mesure n'engendre pas d'expulsions arbitraires. Ce délai doit être mis à profit pour adapter la réglementation sur les loyers. (Belga)