Le périmètre concerné va de la place Fontainas à la place De Brouckère. Découvrez le plan ci-dessous. 

Lundi prochain, le conseil communal débattera puis votera l'interdiction de consommer de l'alcool en rue sur le piétonnier entre minuit et 6h du matin. Le périmètre arrété par la majorité bruxelloise (PS, Ecolo, Défi) va de la place Fontainas à la place De Brouckère (voir le plan ci-dessous). Il comprend quelques rues adjascentes. Cette interdiction sera effective du 1er février au 1er août 2020, ont appris nos confrères de La DH. Il s'agit, comme le bourgmestre Philippe Close (PS) l'avait annoncé à l'époque, d'une phase test. Cette décision fait suite à de nombreuses plaintes de riverains et commerçants relatives à des bagarres, vols, présence de personnes en état d'ébriété sur le piétonnier la nuit.

Que dit le règlement ? "La consommation de boissons alcoolisées (distillées ou fermentées, mixées ou non), sur l’espace public, en quelque quantité que ce soit, est interdite à partir de 24h jusqu’à 6h, dans le périmètre susvisé. Par exception, la consommation de boissons alcoolisées est autorisée sur les terrasses dûment autorisées et dans la cadre de toute manifestation commerciale, festive ou sportive dûment autorisée ou organisée par la Ville."

Chaque contrevenant risque une amende de 350 € maximum, précise ensuite le règlement. "Selon la procédure définie dans la loi du 24 juin 2013 relative aux sanctions administratives communales, sera puni d’une amende administrative de maximum 350 euros quiconque contrevient aux dispositions du présent règlement." Par ailleurs, "les amendes administratives prescrites par le présent règlement sont augmentées en cas de récidive dans les 2 ans de l’ imposition d’une amende administrative, sans qu’elles puissent jamais excéder la somme de 350 euros." Enfin, "en cas d’infraction, l’alcool sera, en outre, saisi. En cas de saisie administrative, les objets saisis pourront être détruits."

Mi-octobre denier, Philippe Close avait assurer qu'il fallait traiter le problème de la criminalité sur le piétonnier. "On ne ne peux pas vouloir un grand espace public libéré mais constater que les gens n'osent pas y aller. (...) Mon boulot, c'est que tout le monde ait envie de venir sur le piétonnier", déclarait-il dans Le Soir. Le bourgmestre bruxellois refusait par ailleurs d'interdire la vente d'alcool dans les night-shops, sous prétexte qu'il s'agit d'une mesure qu'il ne pourrait pas appliquer.

© IPM Graphics