Bruxelles Bruxelles Les riverains du quartier européen craignent son démantèlement.

Il y a décidément beaucoup de pain sur la planche des défenseurs du patrimoine bruxellois ! Voilà que la coordination associative du parc Léopold monte au créneau après avoir été informée que le Service public fédéral de l’Intérieur s’apprêtait à céder pour un euro symbolique au Parlement européen la maison et le jardin de l’artiste Antoine Wiertz. Pis, on n’exclut pas de vider le bâtiment pour reconstruire tous les étages ni d’ajouter une vaste salle de réception "provisoire". Les riverains et défenseurs du lieu y voient une fin annoncée du musée qui abrite ses œuvres au pied du Parlement européen. "Un vrai putsch sur la mémoire d’un peintre précurseur du surréalisme belge et indirectement sur le souvenir d’Henri Conscience." Un drame aussi quand on sait que l’atelier, la maison, l’escalier, la conciergerie, la cour, le jardin sont intacts et représentent dès lors un témoignage unique de l’éclectisme culturel de l’Europe d’alors en voie de se constituer.

Classé depuis vingt ans mais…

Par bonheur, à la demande des habitants et riverains redoutant les excès de l’énorme chantier du Parlement, l’ensemble a été classé le 23 octobre 1997, mais les comités d’habitants redoutent un nouveau passage en force "après la privatisation par l’administration européenne de la piscine et du théâtre classés du Résidence Palace et le retour triomphal du ‘façadisme’ à Bruxelles par l’installation au forceps de la Maison de l’histoire européenne dans l’ancien parc Léopold".

Dans le collimateur de la reconstruction

Les défenseurs du patrimoine sont d’autant plus inquiets en apprenant la possibilité d’une démolition-reconstruction de l’hémicycle du Parlement sise en partie dans la zone de protection du site classé.

Ces mutations presque annoncées "en stoemelings" désolent d’autant plus que le Parlement européen a décidé de faire de 2018 une année du patrimoine de l’Union en tant que valeur d’une citoyenneté européenne à promouvoir.

Tout cela a amené les citoyens à écrire au Parlement européen et au gouvernement fédéral afin de leur demander de partager l’élaboration d’un projet porteur d’un avenir meilleur sur le site du musée Wiertz, du parc Léopold et de leurs abords, "car le musée Wiertz, comme l’Europe, ça nous regarde aussi !"

Une démarche appuyée par une pétition qui rassemble plus de 4 000 signatures.Christian Laporte