Bruxelles

Depuis peu, de nouveaux horodateurs ont fait leur apparition sur le territoire de la Ville de Bruxelles. Petit à petit, les 1.200 bornes bruxelloises vont être remplacées pour un budget de 3,5 millions d’euros, les actuels étant considéré comme obsolètes.

Mais ces nouveaux horodateurs, dits intelligents, sont loin de faire l’unanimité chez les automobilistes. Au Sablon par exemple, où ils ont déjà été installés, les plaintes sont nombreuses (lire ici).

Parmi les inconvénients : les nouvelles machines n’acceptent que les cartes bancaires. On ne peut ainsi plus utiliser les bornes pour écouler sa petite monnaie. Par ailleurs, il faut maintenant introduire son numéro d’immatriculation pour pouvoir recevoir son ticket. Un processus que de nombreux utilisateurs décrivent comme fastidieux et qui entraîne parfois des files devant les appareils.

Des inconvénients qu’ont relayés hier deux élus d’opposition, Bart Dhond (Groen) et Mohamed El Hamrouni (CDH) lors du conseil communal.

Mais pour l’échevine des Affaires économiques, Marion Lemesre (MR), ces horodateurs nouvelle génération ont bien au contraire de nombreux avantages. Premièrement, plus de monnaie dit risque moindre de vandalisme. "Les frais liés aux réparations des machines endommagées s’élèvent à 55.000 € rien que pour l’année 2014", a justifié l’échevine. Selon cette dernière, le nouveau système réduit également le risque de fraude. "Par le passé, les agents horodateurs constataient que certains utilisateurs échangeaient leur ticket gratuit en toute illégalité."

Par ailleurs, les nouvelles technologies de lecture des plaques minéralogiques faciliteraient le contrôle des agents et, par conséquent, augmentent le nombre de contrôles dans les zones réglementées. "L’ancien système ne permettait de contrôler qu’un cinquième de tous les emplacements", a précisé l’échevine libérale.

Enfin, début 2016, il sera possible d’effectuer le paiement par smartphone ou SMS. En cas de problème de ticket perdu, le nouveau dispositif facilitera la recherche du véhicule et l’annulation de la redevance si le ticket est valide.