Bruxelles

La Ville de Bruxelles a débloqué un budget de 150.000 € pour faire l’acquisition de 30 poubelles dites intelligentes. Dix-huit d’entre elles seront installées sur le piétonnier dès la fin du mois de novembre. Ces poubelles présentent plusieurs avantages : équipées d’un panneau photovoltaïque, elles compressent les déchets et alertent directement le service propreté lorsqu’elles sont remplies. De plus, ces petits bijoux de technologie sont autonomes grâce à un panneau photovoltaïque.

Dans le détail, ce dernier alimente une batterie qui elle-même actionne un bélier compresseur de déchets et un système informatique de géolocalisation et de transmission de données de remplissage. Grâce à la compression, ces poubelles hi-tech passent d’une capacité de 125 litres à une capacité de 600 litres.

Autre avantage, le système informatique de transmission des données qui alerte immédiatement la centrale lorsque la poubelle est pleine. "Actuellement, il y a trois tournées par jour sur le piétonnier. Parfois, les services de propreté passent pour rien car le piétonnier est moins fréquenté. Ce système va permettre de libérer des hommes qui pourront être affectés à d’autres missions", se réjouit Karine Lalieux (PS), échevine de la Propreté.

Par ailleurs, les poubelles pourront collecter des données utiles qui pourront produire des statistiques sur le remplissage, les vidanges tout en informant des problèmes techniques.

En gros, ce système n’a que des avantages si ce n’est qu’il est relativement onéreux. Son prix à l’unité va dépendre du marché public qu’a lancé la Ville mais la seule société qui vend cette technologie le fait au prix de 4 200 € l’unité.

Pour l’échevine de la Propreté, cet investissement important peut rapidement être rentabilisé. "Avec le système de compression, le volume des déchets contenus dans la poubelle peut être multiplié par cinq. C’est bien moins cher que cinq poubelles en fonte qui coûtent plus de 1 000 €", justifie l’échevine qui précise que le système a fait ses preuves à Manhattan, Amsterdam, Strasbourg, Stockholm ou encore Dublin. "Il permet de réduire de 80 % le nombre de tournées de vidange."

D’ici le mois de mai, la Ville compte également installer ces poubelles du futur dans le quartier européen et le rond-point Schuman. En effet, lors des sommets européens, il est exigé par mesure de sécurité que les poubelles publiques soient chaque fois scellées. Un travail considérable pour les agents de la Ville qui pourra désormais être effectué à distance, en un minimum de temps.

Ce dispositif a été testé avec succès lors de l’édition précédente des Plaisirs d’Hiver. "Six corbeilles avaient été louées pendant un mois. Elles nous ont permis de faire face à l’affluence et, dans certains cas, à l’inaccessibilité de certaines corbeilles en raison du monde", conclut Karine Lalieux.