Bruprev lance mardi une grande campagne de dépistage du cancer colorectal en Région bruxelloise. Les citoyens âgés de 50 à 74 ans inclus peuvent demander gratuitement à leur pharmacien le kit pour faire le Colotest. Le cancer colorectal est le deuxième plus meurtrier après celui du poumon. 

Pourtant, détecté à temps, on peut le guérir dans 90% des cas, alors qu'actuellement il mène pratiquement à un décès sur trois personnes diagnostiquées, contextualise Bruprev, l'association chargée du dépistage par la Région bruxelloise.

"Le cancer du côlon est une forme particulièrement insidieuse de cancer. Il se développe en général très lentement et il faut plusieurs années avant qu'apparaissent ses symptômes", rappelle-t-elle. Il est donc souvent découvert à un stade déjà très avancé et le risque de décès est plus élevé.

La maladie survient dans 90% des cas à plus de 50 ans, et le risque augmente avec l'âge, d'où l'importance pour cette tranche de la population de se faire dépister.

Diagnostiquer ce cancer est pourtant simple: en recherchant la présence de sang dans les selles. "Lorsque la présence de sang est détectée, une coloscopie permet de repérer les éventuels polypes et de les enlever."

Comme tous les deux ans, les citoyens bruxellois âgés entre 50 et 74 ans peuvent demander gratuitement à leur pharmacien le kit pour faire le Colotest, "pour autant qu'ils n'aient pas effectué le test depuis moins de deux ans ou subi une coloscopie il y a moins de cinq ans".

"Seulement 12% des Bruxelloises et des Bruxellois entre 50 et 74 ans utilisent le Colotest. Très probablement parce qu'il y a un manque d'information sur le cancer de l?intestin et sur l'existence de ce moyen facile, rapide et efficace de dépistage", explique le docteur Jean-Benoit Burrion, coordinateur de Bruprev. "L'objectif de cette campagne est de doubler les chiffres de participation."

Les Bruxelloises et Bruxellois peuvent vérifier s'ils entrent dans les critères requis pour obtenir leur Colotest gratuit sur le site www.depistagecancer.be/bxl.