Bruxelles

Une semaine après les incidents qui ont émaillé la fête de Nouvel An, le calme est revenu dans les différentes communes bruxelloises touchées par les actes de vandalisme. C’est également le cas concernant l’enquête, après les différentes arrestations réalisées par les forces de l’ordre. Rien n’a semble-t-il évolué pour le moment, et aucun nouveau bilan n’est communiqué actuellement. "L’enquête est toujours en cours", se contente de commenter le parquet de Bruxelles.

Une vingtaine d’arrestations

Seul un homme est certain de devoir répondre de ses actes devant la justice. Il avait été arrêté judiciairement le 31 décembre à Molenbeek. Il fait aujourd’hui l’objet d’une procédure de comparution immédiate, mais ne sera convoqué que le 1er février prochain devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des motifs d’outrage, de menaces et de rébellion. Un autre individu a été déféré devant le juge d’instruction pour les mêmes raisons. Il avait été inculpé puis a été libéré sous conditions.

Une vingtaine d’arrestations administratives avaient également été réalisées par les forces de l’ordre à Molenbeek le soir du 31. Pour rappel, la police avait dû intervenir principalement aux alentours de la station de métro Étangs noirs. Les forces de l’ordre et les pompiers dépêchés sur les lieux des incidents avaient subi de jets de pierres, qui ont endommagé quatre véhicules de police et deux de pompiers.

Sept carrées attaquées

Les actes de vandalisme à Saint-Josse n’ont, par contre, pas encore fait l’objet d’arrestation. Pas moins de sept carrées avaient été attaquées durant la soirée du réveillon de Nouvel An, d’après les riverains, une seule selon la police.

Les forces de l’ordre de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles avaient procédé, de leur côté, à 26 arrestations administratives et 11 arrestations judiciaires le soir de la nouvelle année. La police de la zone Midi (Anderlecht, Forest et Saint-Gilles) a procédé, quant à elle, à une quarantaine d’arrestations administratives pour des personnes qui troublaient l’ordre public le soir du 31, principalement à Anderlecht.