A la demande de Bruxelles Mobilité, ProVelo a réalisé une étude intitulée "Les femmes et le vélo dans les rues de Bruxelles" et a pu déterminer exactement ce qui empêche les femmes d'utiliser le vélo. Trois raisons principales sont avancées: les tâches ménagères et familiales, l'insécurité et le manque de confort. Au sein de la famille, ce sont toujours les femmes qui assument la plupart des tâches, comme le transport des enfants ou les courses. Ces déplacements avec arrêts fréquents semblent décourageants. Seuls 5% des trajets à vélo comportent plusieurs arrêts et le transport des enfants est cité par 23% des cyclistes féminines interrogées comme facteur décourageant.

L'étude montre également que les femmes ont développé une perception accrue des risques et des dangers potentiels du vélo en milieu urbain. Les femmes non cyclistes citent l'insécurité (54%) et le manque de confort (47%) comme des raisons importantes. Enfin, certaines femmes ont également du mal à concilier le cyclisme avec le fait de porter une jupe ou la transpiration qu'entraîne la pratique du vélo.

Au printemps prochain, une grande campagne de sensibilisation sera lancée à destination du groupe cible féminin en Région bruxelloise. Avec Pro Velo, des formations spécifiques sont déjà proposées pour accompagner les femmes qui commencent le cyclisme.