Les boîtes de nuit de la capitale redoutent une période chaotique dans les prochaines semaines.

A Bruxelles, les événement inside drainant au moins 1000 personnes sont désormais annulés jusqu'au 31 mars. Mais quid des boîtes de nuit ? Là, la réglementation peut prêter à confusion. Ainsi, le Fuse qui dispose d'une capacité de 1300 places peut continuer à organiser des soirées à condition de limiter le nombre d'entrée à 1000.

Du côté du C12, la boîte de nuit implantée dans la galerie Horta dans le centre-ville, on dispose d'une capacité de 800 places et tous les événements sont donc maintenus. Mais le risque que le coronavirus se propage moins dans une salle de 800 personnes que dans une salle de 1000 personnes est-il réel ? Certainement pas... C'est ainsi que le C12 agit de manière proactive pour éviter de propager le virus lors de ses soirées.

"Nous avons une jauge à 800 personnes et on est clairement en dessous du radar. Nous sommes en contact avec les autorités et si une nouvelle phase doit entrer en vigueur, nous abaisseront la jauge afin de garantir la bonne tenue de nos soirées", explique Kevin Huerta van Ellinkhuizen, l'un des membres fondateurs du C12.

Côté sanitaire, le C12 dispose d'un personnel médical disposé à intervenir et à sensibiliser les fêtards aux bons réflexes à adopter pour éviter toute propagation. "Nous recommandons aux personnes de bien se laver les mains et d'appliquer toutes les mesures de base déjà communiquées pour éviter une propagation du virus. Une réflexion est également en cours pour insister sur le fait d'éviter de partager des verres et ce genre de choses. Nous gardons un oeil attentif sur l'évolution du virus et sommes prêts à agir en conséquence", ajoute-t-il.

Du côté du Fuse, la capacité de 1300 places va être réduite à 1000 personnes jusqu'à la fin du mois de mars afin de maintenir les soirées prévues dans les jours et semaines qui viennent. "Veillez à respecter les mesures d'hygiène et si vous vous sentez malade, restez chez vous pour vous protéger vous ainsi que les autres participants", explique la boîte sur sa page Facebook.

L'impact du coronavirus va également se faire ressentir du côté du Bloody Louis, qui dispose de la même capacité que le Fuse. Sa propriétaire, Evelyne Devroye, voit d'un très mauvais œil les jours et semaines à venir. "Nous sommes dans une situation très compliquée d'autant qu'on a rencontré beaucoup de problèmes dans le passé avec les attentats, le piétonnier, la fermeture des tunnels au goulet Louise. Et maintenant, l'on se retrouve face à un phénomène soudain auquel on ne s'attendait pas du tout. Nous ne percevons aucun subside et si d'autres phases encore plus restrictives entrent en vigueur, la situation va être très compliquée pour nous."

Elle estime que la prévention est primordiale. Une communication au grand public va être réalisée sur les réseaux sociaux pour indiquer les mesures à suivre pour que les soirées se passent au mieux. "On ignore combien de temps cela va durer. Il faut savoir que nous avons des visiteurs qui viennent spécialement de France et des Pays-Bas pour nos soirées et nous allons donc les avertir qu'une fois le nombre de 950 personnes franchi, nous refuserons toute personne supplémentaire, car notre équipe est composée d'environ 50 personnes", conclut Evelyne Devroye, qui prédit une période chaotique pour les commerces et établissements horeca de la capitale.

D'autres discothèques de la capitale comme le You, le Spirito, le Zodiak ou le Plein Publiek ne sont pas touchées par les mesures et les événements prévus auront tout simplement lieu.