La police a fait évacuer jeudi après-midi les groupes de migrants du parc Maximilen à Bruxelles pour non respect des règles de distance entre les personnes, a indiqué en milieu d'après-midi Maïté Van Rampelbergh, porte-parole du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close, confirmant une information relayée par différents médias dont Bruzz. 

Une centaine de personnes étaient concernées. La police de Bruxelles-Ixelles veille au bon respect des distances entre les personnes dans les parcs de la ville. Face au constat que des migrants formaient des groupes au parc Maximilien, elle les a fait évacuer ce jeudi après-midi.

Les 350 places de la Porte d'Ulysse sont actuellement saturées. "C'est déplacer les problèmes plutôt que de les solutionner", estime Alexis Deswaef, co-président de l'ASBL La plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés. "Sous couvert de coronavirus, évacuer sans solution structurelle à proposer, cela n'a pas de sens. Cela n'augmente pas la sécurité sanitaire de la population que de les chasser ailleurs dans les rues. Potentiellement, cela aggrave même le problème. De plus, cela porte atteinte aux droits des personnes. L'Office des étrangers a arrêté d'acter les demandes d'asile il y a deux jours. Ils n'ont donc pas d'autres endroits où aller que le parc Maximilien et on commence déjà aujourd'hui à les chasser."

"On sait très bien que ces gens n'ont pas d'endroit où aller, mais on est en discussion avec la Plate-forme citoyenne et avec le cabinet du ministre Alain Maron pour trouver une solution", explique Maïté Van Rampelbergh.