L'accord a été approuvé à l'unanimité, moins dix abstentions. A Bruxelles, le suivi des maladies infectieuses est une compétence de la Commission Communautaire Commune (Cocom). Lors du débat en plénière, les députés tant de la majorité que de l'opposition ont appelé au respect des règles de confidentialité et à une vaste campagne de sensibilisation autour de l'application corona. L'accord offre en effet une base légale au développement de cet outil mobile qui devrait être accessible au grand public en octobre.

Ce texte est destiné à remplacer les arrêtés royaux de pouvoirs spéciaux pris par le gouvernement fédéral au printemps dernier. Au fédéral, il a à ce stade été approuvé en première lecture en commission.