Il s'agit de la première commune bruxelloise à prendre cet arrêté.

Le bourgmestre de Woluwé-Saint-Lambert, Olivier Maingain, a pris un arrêté de police interdisant l'accès aux établissements scolaires, crèches, maisons de repos, centres sportifs, bibliothèques, centres culturels, lieux de spectacle, bâtiments de l'administration communale ou de tout service public sis de la commune bruxelloise, à toute personne revenant d'un voyage privé ou professionnel dans une zone à haut risque pendant les 14 jours suivant le retour en Belgique, a-t-il fait savoir dans un communiqué dimanche.

M. Maingain a justifié cette décision afin de "se conformer aux recommandations de l'OMS qui préconise de prendre toutes les mesures nécessaires préventives pour limiter le risque de propagation du Coronavirus - Covid 19".

Les zones à haut risque auxquelles il fait référence sont la Chine, la Thaïlande, Hong Kong, Macao, Singapour, la Corée du Sud, l'Iran, la Vénitie et la Lombardie. Elles ont été définies par le SPF Affaires étrangères, selon lui.

Il est également donné ordre aux gestionnaires ou responsables des établissements concernés d'interroger toute personne se présentant en ces lieux afin de déterminer si elle revient d'une zone à haut risque et, si c'est le cas, de lui interdire l'accès à l'établissement en question.

L'arrêté de police précise que les services de police de la zone Montgomery assisteront les gestionnaires ou responsables des établissements visés et procéderont à l'expulsion de toute personne ne respectant pas l'interdiction.

"Pour que nul ne l'ignore, un exemplaire du présent arrêté restera affiché de manière visible tant que l'arrêté n'aura pas été levé", précise le bourgmestre Maingain.

La mesure d'interdiction d'accès à des lieux publics sur le territoire de la commune de Woluwe-Saint-Lambert, prise à titre préventif dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, fait suite aux préoccupations exprimées par certaines directions d'écoles, a indiqué dimanche le bourgmestre de la commune Olivier Maingain à l'agence Belga.

"Les parents s'inquiétaient"

Les responsables scolaires avaient eux-mêmes été interpellés par des parents, inquiets de savoir si certains enfants, de retour de vacances de carnaval, ne revenaient pas de zones à risque. Il est ainsi apparu que c'était le cas dans deux établissements scolaires et une crèche, où des enfants devaient être accueillis, revenant de Chine et du nord de l'Italie.

 Il a donc été demandé aux parents de garder leurs enfants chez eux et de les soumettre à un contrôle médical. Au moins un membre du personnel communal ferait aussi partie des personnes visées par l'interdiction. Les directions d'écoles n'ayant pas la capacité légale de recourir à des mesures plus contraignantes, le bourgmestre a dès lors décidé de prendre un arrêté de police, qui s'étend plus largement aux bâtiments accessibles au public. Les responsables des lieux concernés seront rapidement avertis officiellement de la mesure et devront interroger les gens participant à leurs activités, a souligné M. Maingain. Il estime toutefois que les personnes visées par l'interdiction d'accès décideront elles-mêmes de ne pas se déplacer. Le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert dit par ailleurs regretter le peu d'informations fournies par le SPF Santé Publique. Il espère toutefois que la coordination annoncée entre autorités fédérales et régionales portera ses fruits.

Vincent De Wolf: "C'est inapplicable"

Le bourgmestre d'Etterbeek Vincent De Wolf (MR) a regretté dimanche l'arrêté de police pris par son homologue Olivier Maingain (DéFI), qui interdit certains lieux publics de Woluwé-St-Lambert aux personnes revenues d'une zone à haut risque de contamination au coronavirus.

"Cet arrêté est inapplicable dans la mesure où il s'adresse à des personnes qu'on ne peut même pas identifier", a réagi M. De Wolf, dont la commune partage la zone de police Montgomery avec Woluwé-St-Lambert et Woluwé-St-Pierre. Il plaide pour une réunion rapide des 19 bourgmestres de Bruxelles. "Cet arrêté va susciter la panique et l'angoisse au sein de la population. Le coronavirus est un problème de santé publique fédérale et mondiale, prendre un arrêté au niveau communal est grotesque", a-t-il poursuivi.

Le bourgmestre d'Etterbeek invite en conséquence la Haute fonctionnaire bruxelloise, Viviane Scholliers, en charge de la sécurité civile et des plans d'urgence, à prendre rapidement toutes les actions utiles à la coordination sereine des communes, en collaboration avec le ministre-président bruxellois. "Dans ce cadre, une réunion rapide des 19 bourgmestres est souhaitable afin de définir, dans l'intérêt de la population, les mesures proportionnées, raisonnables et conformes aux avis sanitaires", a conclu M. De Wolf.