La Commune de Crainhem (re) met la pression sur le fédéral dans le dossier du bruit des avions de Bruxelles-National. Le conseil communal a voté mardi soir, à l’unanimité des élus francophones et néerlandophones, une motion sur la problématique des normes de vent. Les élus locaux demandent au gouvernement fédéral de respecter l’arrêt de la cour d’appel du 29 mai 2008 en imposant à Belgocontrol de revenir aux normes de vent d’avant le plan Anciaux-bis. Concrètement, ils demandent l’imposition d’une norme de vent de 8 nœuds avec rafales sur la piste 25. Ils en appellent au Premier ministre Herman Van Rompuy (CD&V). Actuellement, les normes en vigueur sont 7 nœuds avec rafales sur la piste 25 et 0 nœud sur la piste 02/20. Un accueil favorable de leur motion réduirait l’usage intensif actuel de la piste 02/20. Ils invoquent notamment "les difficultés de vie très lourdes subies dans les quartiers survolés à basse altitude en cas d’utilisation de la piste d’atterrissage 02, lesquels sont causes de troubles du sommeil, de problèmes de santé, de lourde fatigue psychologique voire de dépression et de difficultés scolaires". Ils dénoncent le fait que le plan Anciaux-bis a conduit à une hausse "insupportable des nuisances d’atterrissage sur la commune de Crainhem". La démarche de Crainhem revêt une importance symbolique. Car le fédéral a pris, le 19 décembre, une série de mesures dont la plus importante est de renoncer au plan Anciaux. En ce qui concerne les normes de vent, le fédéral a aussi décidé de mettre en place un groupe de travail qui étudiera le dossier. Il attend un rapport pour le mois de juin avant de prendre position.

En attendant, le secrétaire d’Etat, Etienne Schouppe (CD&V) a pris hier un arrêté ministériel limitant les vols de nuit à 16 000 mouvements dont 5 000 décollages et ce, conformément à la décision du 19 décembre.