Un projectile, au moins, a atterri sur le véhicule du souverain. Cependant "le Roi et son escorte ne se sont jamais approchés des manifestants", souligne Sarah Frederickx, porte-parole de la police fédérale. "Sa sécurité n'a jamais été compromise."

La manifestation pacifique, qui a rassemblé 500 personnes, visait à dénoncer le décès samedi d'un jeune de 23 ans, Ibrahima B., samedi soir dans un commissariat schaerbeekois. Mais des troubles ont ensuite éclaté vers 16h00: le feu a notamment été bouté à un commissariat de police, neuf véhicules de police ont été endommagés et les vitres d'une pharmacie ainsi que de plusieurs magasins ont été brisées.

Le convoi accompagnant le roi Philippe a lui aussi été pris dans le tumulte. Les policiers se sont précipités à la rescousse du souverain mais, d'après certaines images vidéo, le véhicule a été touché par au moins un projectile.

La police fédérale a réagi en déclarant qu'"un débriefing opérationnel approfondi aura lieu pour améliorer immédiatement, si nécessaire, le dispositif". Elle a confirmé que le Roi était resté coincé dans la circulation, tout en soulignant que "l'escorte ne s'était pas approchée des manifestants" et que "la sécurité du Roi n'avait jamais été compromise".

Au total, 116 personnes ont été interpellées après les émeutes. Une quinzaine de policiers ont, par ailleurs, été signalés blessés.