Le service d’entretien du stade communal utiliserait des anciens bidons de Roundup pour y stocker l’essence du tracteur.

Le 10 avril dernier, le président de la section locale humaniste Hervé Jourquin a reçu des photos pour le moins interpellantes de la part de certains riverains de Boitsfort. Passant par le stade communal, ces derniers ont aperçu des bidons de Roundup, un herbicide interdit à Bruxelles, dans le tracteur destiné à réaliser l’entretien du terrain et de la piste d’athlétisme des Trois Tilleuls. "Sachant que l’usage de pesticide est interdit en Région bruxelloise, c’est interpellant. Surtout sur un lieu où les gens font du sport et risquent d’inhaler ce produit, si c’est bien ce qu’on pense dans ces bidons", a commenté Hervé Jourquin.

Contacté directement par nos soins, l’échevin des Sports Jean-François De Le Hoye (MR) a assuré qu’il s’agissait d’essence pour le tracteur. "Nous n’utilisons plus de pesticide à Boitsfort depuis cinq ans. Nous utilisons de vieux bidons de Roundup pour y stocker l’essence dont le tracteur a besoin pendant l’entretien", explique-t-il.

En effet, l’usage de glyphosate est interdit en Région bruxelloise depuis octobre 2018, mais de nombreuses communes y ont renoncé depuis longtemps. Cependant, Bruxelles Environnement (IBGE) continue de faire des contrôles à l’improviste afin de vérifier le respect de la législation. En 2018, huit contrôles ont été effectués. Alerté par ces photos, l’IBGE a confirmé l’aspect douteux du contenu de ces bidons. "C’est bizarre de mettre de l’essence dans des anciens bidons comme ça. Et sa couleur ressemble fortement à du Roundup", a déclaré sur le coup un membre de Bruxelles Environnement. Et c’est la raison pour laquelle l’institution a décidé de passer faire un tour au stade communal… Dix jours plus tard.

Ce jeudi, l’IBGE s’est donc rendu sur place pour vérifier que les services d’entretien du stade n’utilisent pas de pesticide. "D’après les informations reçues sur place, une société hollandaise qui a fait l’entretien des terrains de sports synthétiques (nettoyage à la vapeur, sans pesticides d’après le manuel), aurait mis de l’essence dans un ancien bidon ayant contenu du Roundup. La société n’étant plus présente, nos inspecteurs ne peuvent pas confirmer les dires", explique Katrien Van den Bruel, membre de l’institution. "Rien ne laissait penser que du Roundup est utilisé pour l’entretien de ce stade", conclut-elle avant de préciser qu’une enquête est tout de même en cours.

"Ça ne présente pas de danger pour la santé"

La réaction d'Alfred Bernard, toxicologue : "Dans le cas où le contenu de ces bidons serait du glyphosate, ça ne présente aucun danger pour la santé des sportifs. En effet, les pesticides sont vaporisés à ras du sol et ne risquent donc pas d’être inhalés par les coureurs qui viennent s’entraîner sur la piste d’athlétisme. Il faut dire que ces terrains sont très compliqués à entretenir. Mais c’est vrai qu’à la vue de ces photos, c’est compliqué de croire que c’est autre chose que du Roundup, puisque ça a la même couleur et qu’on voit que le tracteur pulvérise quelque chose."

© D.R.

© D.R.