Une vingtaine de citoyens soucieux de rendre Bruxelles "plus propre, durable et circulaire" ont lancé, lundi, une pétition à l'attention du parlement bruxellois en faveur d'un système de consigne sur les canettes et bouteilles en plastique. Une action similaire avait été précédemment menée en Wallonie et en Flandre, mais ces initiatives n'ont pas (encore) débouché sur la mise en place concrète d'un plan de consignation. L'objectif d'un tel système est de réduire la quantité de déchets sauvages nuisibles à la biodiversité et dont le ramassage est coûteux, permettre une meilleure qualité de tri ainsi qu'un meilleur recyclage des déchets, expliquent les jeunes militants. "Le recyclage des matières bien triées mène à une réduction des émissions de CO2. L'heure est venue de pousser la circularité de notre économie un cran plus loin", poursuivent les pétitionnaires.

D'après une enquête de la société GfK, réalisée auprès de 5.134 répondants, 82% des Belges sont a priori favorables à l'introduction de ce système, soulignent les jeunes activistes.

Pour que le Parlement bruxellois se penche sur la requête, la pétition doit récolter un minimum de 1.000 signatures. Les initiateurs espèrent ainsi faire naître un débat démocratique et que "l'intérêt du citoyen à une ville propre et circulaire prévale sur les intérêts des acteurs en place".

Le gouvernement de la Région bruxelloise s'était d'ailleurs engagé, dans son accord de majorité, à "prendre l'initiative en vue de l'instauration d'un système de consignes pour les canettes et bouteilles en plastique".

En Wallonie, une proposition en vue de rendre obligatoire, au 1er janvier 2022, une telle consigne a été déposée par le cdH, mais elle est actuellement en suspens. La majorité régionale attend les résultats, prévus pour le 2e semestre 2021, des expériences pilotes lancées dans plusieurs communes de la région avant de se prononcer sur la généralisation d'un tel système.

En Flandre, le projet d'instaurer une consigne sur les canettes et bouteilles en plastique n'est finalement pas passé.

A l'heure actuelle, dix pays européens et 39 pays ou régions à travers le monde ont déjà implémenté la consignation, avec de bons résultats, fait valoir le collectif bruxellois. Ce dernier s'inscrit dans un mouvement plus global belgo-néerlandais baptisé l'Alliance de la Consigne.