L'émoi et l'incompréhension dominaient ce samedi après-midi dans le quartier d'Etterbeek où, vendredi soir, les corps d'une femme et de trois enfants ont été retrouvés, égorgés, rue Général Capiaumont, a confié à l'agence Belga le bourgmestre d'Etterbeek, Vincent De Wolf.

Un espace va être aménagé devant l'habitation afin que les personnes puissent y déposer fleurs et autres témoignages de leur émotion, a indiqué M. De Wolf, présent sur les lieux.

Un avis va également être distribué dans le quartier "pour rassurer le voisinage et expliquer qu'il s'agit vraisemblablement d'un problème privé" et que la sécurité publique n'est pas menacée, a-t-il ajouté.

Des témoins ont aperçu l'épouse en pleurs vers 20h-21h

Le parquet de Bruxelles a confirmé samedi matin le quadruple meurtre mais refuse actuellement de donner d'autres informations. D'après les riverains, le drame toucherait une famille Sikh originaire d'Inde.

Une connaissance de la famille affirme que les trois enfants sont des garçons mais d'autres versions circulent. L'aîné aurait environ 6 ans. Le père séjourne depuis environ 15 ans en Belgique, d'après cette connaissance. L'épouse serait arrivée en Belgique il y a 5 ans. La famille serait originaire du district de Ludhiana, dans l'état indien du Pendjab. L'homme travaillerait dans un restaurant bruxellois.

Des témoins ont aperçu l'épouse en pleurs vers 20h-21h. Les versions divergent sur l'heure d'arrivée de la police. Un homme aurait été emmené avec une cagoule sur la tête, d'après un commerçant du quartier. Un voisin a vu, à son retour à la maison vers 1h du matin, que le laboratoire de la police était descendu sur les lieux. La rue avait été fermée.

La famille habitait au premier étage. La voisine du dessous a indiqué qu'elle n'a jamais entendu de dispute. La connaissance a expliqué qu'il n'y avait aucun problème entre l'homme et la femme.

Plusieurs personnes affirment que la mère, environ la quarantaine, était très polie. Les enfants jouaient fréquemment dans la rue, selon un voisin.

Le papa veut savoir

"Ils sont partis. Je n'ai pas compris ce qui est arrivé, comment c'est arrivé. Il faut que je sache, parce que je suis papa. Il faut que je sache ce qui est arrivé à mes enfants", a déclaré samedi soir sur RTL-TVi, Jasbir Singh, dont les trois enfants et l'épouse ont été retrouvés égorgés, vendredi soir, au domicile familial d'Etterbeek. Le père de famille, âgé de 39 ans, travaille dans un restaurant. Vers 17h00 vendredi, il a tenté d'appeler chez lui, en vain. Inquiet, il est rentré chez lui et a découvert les corps sans vie de ses trois fils et de son épouse.

"Il faisait noir à l'intérieur. Je les ai appelés, personne n'a répondu. Quand j'ai allumé les lumières, j'ai vu du sang partout. J'ai trouvé mon grand fils, j'ai trouvé ma femme, mon deuxième fils, devant la télévision. J'ai cherché mon plus petit fils, je n'arrivais pas à le trouver. J'ai été dans l'autre chambre, je l'ai appelé. Quand j'ai couru vers lui, j'ai vu le sang, j'ai directement reculé de là et j'ai appelé la police", a indiqué M. Singh lors de son interview.

Selon M. Singh, la famille, d'origine indienne, n'a ni ennemi ni conflit particulier.