Hervé Doye n se dit "raisonnablement confiant" po ur dimanche et se voit bien repartir avec la même équipe.

J-1 ! Tout va se jouer demain dans les isoloirs du pays pour décider de l’avenir de nos communes. Si dans certaines communes l’issue du scrutin est très floue, à Jette, le bourgmestre Hervé Doyen n’a pas de raison d’être pessimiste quant aux résultats qui tomberont dimanche soir.

À la tête de Jette depuis 18 ans, l’actuel bourgmestre se voit bien rempiler pour un ultime mandat qu’il abandonnerait en cours de route. "En novembre 2021, j’aurai 65 ans. C’est raisonnable comme âge pour une fin de carrière ." Et si les bruits de couloir annoncent Claire Vandevivere ou Benoît Gosselin (respectivement 2e et 3e sur la Liste du bourgmestre tirée par Hervé Doyen), comme prétendant au poste de bourgmestre lorsque celui-ci abandonnera son écharpe, le principal intéressé assure qu’il n’a pas désigné son successeur potentiel. "Il ne m’appartient pas de le faire, il faut attendre les résultats du 14 octobre. C’est le conseil communal qui propose la candidature d’un bourgmestre", explique-t-il. Seule condition déjà établie, le futur numéro 1 de Jette devra être issu de la Liste du bourgmestre. Rien n’est gravé dans le marbre donc, d’autant plus que d’ici novembre 2021, les élections régionales pourraient aussi entrer en compte dans la désignation - ou non - d’un futur bourgmestre.

Mais on n’en est pas encore là. La première étape est d’attendre le verdict des électeurs ce dimanche. Et en ce qui concerne Hervé Doyen, il se dit "raisonnablement confiant… Il ne devrait y avoir ni révolution ni séisme ce dimanche". Et si les voix le permettent, la majorité actuelle a déjà annoncé qu’elle remettrait le couvert. Une majorité LBJ, Ecolo-Groen et MR-Open VLD, donc. Un cocktail qui a l’air de contenter les différentes listes.

Les grands exclus de ces alliances communales sont sans conteste les socialistes et leur liste PS-SP.A tirée par Xavier Van Cauter qui ne se fait pas trop d’illusions quant à l’issue du vote de dimanche. "J’ai pris acte de la volonté des trois partis de poursuivre ensemble", déclare la tête de liste. Arrivée en deuxième position en termes de nombre de voix de préférence au scrutin d’octobre 2012, la liste socialiste avait décroché 9 sièges, juste derrière la Liste du bourgmestre qui en avait hérité de 13. Les socialistes représentent donc la deuxième force de la commune mais, sauf énorme surprise, ils ne disposent pas des alliés nécessaires pour créer une majorité.

Si la Liste du bourgmestre, Ecolo-Groen et le MR-Open VLD qui se sont engagés ensemble ne retournent pas leur veste, il sera impossible pour Xavier Van Cauter de créer une majorité alternative. D’autant plus que Défi, qui a obtenu un siège lors des élections de 2012 soutient la majorité d’aujourd’hui. Sur les 35 sièges actuels, 23 sont donc tout dévoués à la majorité. Le but des socialistes sera donc de créer une opposition "incisive" qui aura comme objectif de "faire bouger les lignes". Dans le tableau, on retrouve aussi la Liste des démocrates, tirée par Charles-Henri Dallemagne qui s’était présenté au scrutin de 2012 sous la bannière des libéraux. Cette fois, il a voulu créer une liste citoyenne composée de candidats qui ne sont pas estampillés un parti ou l’autre.

Si tout semble déjà joué dans la commune, les lourds travaux engendrés par la rénovation de la place du Miroir et l’arrivée du tram 9, dont les répercussions sur les habitants et le commerce local sont encore très frais dans les mémoires, pourraient avoir des conséquences sur le résultat du scrutin dimanche.

© DR