Bruxelles

Désengorger la ville et lutter contre la pollution de l’air. C’est notamment pour contribuer à ces deux objectifs qu’a été formulée l’idée d’instaurer un péage urbain à l’entrée de Bruxelles. Un projet porté notamment par le parlementaire bruxellois Emmanuel De Bock (Défi) mais qui ne fait pas l’unanimité, notamment dans les milieux économiques. 

Mais qu’en pensent les francophones ? Nous leur avons posé la question dans la foulée de notre "Baromètre politique" publié mardi dernier. Un sondage effectué par téléphone sur un échantillon représentatif de 2 797 électeurs belges à la demande de La Libre Belgique, la RTBF, la VRT et De Standaard - avec une marge d’erreur maximale de ± 3,1 % sur l’échantillon en Wallonie et de ± 3,6 % sur celui de Bruxelles.

© IPM

La conclusion que l’on peut tirer de ce coup de sonde est plutôt surprenante : non seulement deux Wallons sur trois sont contre (ou plutôt contre) l’introduction d’une taxe d’entrée à Bruxelles qui frapperait les conducteurs roulant seuls aux heures de pointe… mais aussi une large majorité de Bruxellois (55 % de contre et plutôt contre). Des Bruxellois qui, a priori, bénéficieraient pourtant d’une telle mesure censée limiter la pression automobile dans la première ville du pays.