Animatrans, à Forest, permet de dire adieu dignement à son animal de compagnie.

Depuis un an et demi, Animatrans, le spécialiste bruxellois des pompes funèbres pour animaux domestiques, offre aux propriétaires de chevaux la possibilité d’incinérer leur animal préféré. "Je pense qu’il y a un réel besoin en Belgique pour l’incinération des chevaux. Sans cela, beaucoup vont au clos d’équarrissage", explique Patrick Pendville, gérant de l’entreprise de pompes funèbres. Et on peut dire qu’il avait vu juste. Les clients viennent de toute la Belgique, d’Allemagne, de France ou encore des Pays-Bas pour faire incinérer leurs chevaux. D’après Patrick Pendville, il est le seul en Belgique à proposer un tel service.

Possibilité d’étaler le paiement

Pour le moment, il comptabilise environ sept incinérations de chevaux par mois. Bien moins que les chiens et les chats (140 par mois environ) et pour cause, le prix de l’incinération d’un cheval est très élevé. "Pour les gros chevaux de plus de 600 kg, il faut compter 900 € pour une incinération collective et 1 390 € pour une individuelle, c’est le plus cher. À cela, il faut rajouter le transport, 250 € dans un rayon de 50 km", indique Patrick. Paiement qu’il est possible d’étaler, même lorsque l’animal est encore en vie, afin de donner la possibilité aux propriétaires de dire adieu à leur bête sans devoir tout débourser d’un coup. "Dès qu’on aborde la mort du cheval, c’est une horreur. Les propriétaires y sont bien plus attachés qu’à leur chien ou à leur chat", précise Patrick.

Ce passionné d’animaux gère Animatrans, l’entreprise de pompes funèbres pour animaux domestiques à Forest, depuis vingt-deux ans. Un métier auquel il n’était pas prédestiné puisqu’il voulait d’abord être taxi animalier. "Je voulais aider les personnes qui ne savent pas se déplacer à amener leurs animaux domestiques chez le vétérinaire. Une seule personne m’a appelé sur trois mois et le lendemain, son chien mourait. Elle m’a demandé de l’emmener. C’est là que j’ai découvert ce qu’était le clos d’équarrissage et j’ai trouvé cela abject. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire", explique le gérant.

Unique en son genre

Depuis, Patrick gère quelque 2 000 incinérations d’animaux domestiques par an. Il s’agit principalement de chiens et de chats mais il s’occupe également de plus petits animaux comme les lapins, les hamsters, les rats ou les oiseaux. Pour une telle quantité d’animaux à incinérer, il a fallu se délocaliser. Si son établissement est toujours situé à Forest, ses incinérations se déroulent maintenant dans le Hainaut. "Cela aurait été beaucoup plus difficile de créer un si grand crématorium à Bruxelles, non seulement au niveau de la législation mais aussi au niveau des prix. Nous aurions dû doubler nos tarifs." Comptez entre 60 € et 199 € pour un chat et entre 70 € et 360 € pour un chien en fonction de sa taille, transport, crémation et urne compris.

Le crématorium est unique en son genre puisqu’il contient une salle spécialement destinée aux chevaux. Comme pour les êtres humains, on y trouve une salle de réception pouvant contenir une centaine de personnes dans laquelle il est possible de prévoir de quoi se restaurer ou boire un café. Il y a également trois salles de recueil en fonction de la taille de l’animal. Les propriétaires peuvent assister à tout le processus de crémation s’ils le désirent, afin de s’assurer que les cendres sont bien celles de leur animal.

Ces pompes funèbres particulières proposent aussi un service de taxidermie (quatre ou cinq par an). Et dans des cas encore plus rares, des enterrements complets.

Autant dire que les possibilités pour dire au revoir à son animal de compagnie sont nombreuses.