Bruxelles Dans sa réforme du permis de conduire, la Région bruxelloise va rendre obligatoire la formation aux premiers soins, rapportent nos confrères de la DH.

C’est une grande première en Belgique ! La Région bruxelloise a l’intention de faire intégrer le suivi d’un cours de premier secours dans l’apprentissage théorique du permis de conduire en Région bruxelloise. Un apprentissage qui serait obligatoire pour la réussite de l’examen.

L’information a été confirmée par Bianca Debaets (CD&V), la secrétaire d’État bruxelloise en charge de la Sécurité routière. "Il s’agirait avant tout de sensibiliser les futurs conducteurs par rapport aux gestes et réflexes à adopter après un accident. Ce serait l’une des particularités du nouveau permis de conduire bruxellois qui sera présenté dans les jours à venir", fait valoir la secrétaire d’État.

Concrètement, les futurs automobilistes devront apprendre à poser les bons gestes en attente des secours, ne pas déplacer le corps des blessés, apprendre à d’abord se protéger soi-même, éviter le suraccident, etc. Voilà quelques-uns des éléments essentiels enseignés durant une formation accélérée d’environ deux heures proposée sur base de l’expérience de la Croix-Rouge de Belgique.

"Le candidat devra donc effectuer une formation, et une attestation lui sera alors délivrée. Mais sans cette attestation, il ne pourra pas passer son examen théorique. C’est une sorte de prérequis pour pouvoir passer l’examen" , explique Bianca Debaets. Ce projet d’effectuer une formation aux premiers soins est issue de ce qui se fait déjà dans plusieurs pays européens, comme en Allemagne, où ce type de sensibilisation est obligatoire. Pour le reste, de plus amples détails sur ces formations seront communiqués dans les prochaines semaines. "Les modalités pratiques doivent encore être définies mais quoi qu’il en soit, ce serait un plus indéniable pour la sécurité routière de toutes et tous. Si cela se confirme, cette formation sera donc obligatoire", ajoute la secrétaire d’État.

Seul bémol, les candidats déplorent aujourd’hui le coût jugé trop élevé des examens théorique et pratique du permis de conduire, qui risquerait dès lors d’être encore plus élevé avec cette formation aux premiers soins. Mais Bianca Debaets se montre rassurante. " Quelle que soit la filière choisie, cela ne devrait pas générer de coût supplémentaire pour les candidats car j’ai toujours maintenu mon attachement au fait que le permis de conduire reste accessible pour un large public" , précise Bianca Debaets.

La Région devrait donc prendre en charge le coût de cette formation. Une piste évoquée est de puiser dans le fonds de sécurité routière, qui a récemment été adopté par le gouvernement bruxellois.

Pour l’année 2016, 12,9 millions d’euros de recettes seront versés dans ce fonds. "Nous menons une politique ambitieuse en vue de diminuer d’ici 2020 le nombre de tués et de blessés graves à Bruxelles. Avec ce fonds, nous veillons à ce que Bruxelles investisse de manière structurelle dans le renforcement de la sécurité routière" , conclut la secrétaire d’État bruxelloise.

Cette formation aux premiers soins devrait être validée "dans les deux semaines" par le gouvernement bruxellois.


Une formation aux premiers soins à l’étude en Wallonie

Dans le cadre de la sixième réforme de l’État, de nombreuses compétences en matière de sécurité routière ont été transférées du Fédéral vers les Régions, qui sont désormais compétentes pour légiférer sur cette matière. Si la Région bruxelloise est la première à rendre obligatoire une formation de premiers soins dans le cadre de l’examen du permis de conduire, qu’en est-il de la Région flamande et la Région wallonne ? Selon nos informations, les experts en sécurité routière planchent aussi sur une réforme de l’examen du permis de conduire, avec notamment une formation aux premiers soins, même si aucune confirmation n’a jusqu’à présent été apportée. Ce qui est certain, c’est que du côté de la Région wallonne, le ministre en charge de la Sécurité routière, Maxime Prévot (CDH), va mettre l’accent sur une formation "plus progressive ou plus étalée, parfois appelée permis par étapes" . À l’instar de ce qui a été mis sur pied à Bruxelles, les compétences de perception des risques seront également renforcées. Un élément qui figure également au menu de la réforme flamande. Pour les trois Régions, l’accent sera également porté sur l’écoconduite et la conduite de nuit.