Une situation qui risque d’engendrer une congestion automobile encore plus importante dans le quartier.

La gare du Midi est l’une des principales gares internationales d’Europe et la première de Belgique. C’est donc dans ce cadre que la Région bruxelloise a approuvé un schéma directeur pour le quartier, aux horizons 2022 et 2030. Cela fait longtemps que les habitants, les commerçants et les usagers de la zone attendent un projet d’envergure pour leur quartier et le but est donc de renforcer la qualité de vie de cette porte d’entrée essentielle de Bruxelles.

Le plan d’aménagement directeur (PAD) prévoit de réduire les capacités de stationnement en voirie pour laisser plus de place à la mobilité douce. Le PAD prévoit en effet la suppression de 350 places de stationnement dans le quartier de la gare du Midi. Un constat qui inquiète la députée Aurélie Czekalski (MR), qui redoute la congestion automobile qui risque de se produire à la suite de la suppression de ces places de stationnement. "Le PAD intègre comme acquis la réduction, à deux fois une voie automobile, des boulevards et rues du quartier. La Petite ceinture, réaménagée dans le cadre des projets de pistes cyclables et de la station de métro Constitution, verra aussi son gabarit automobile réduit d’une bande par sens, avec suppression des contre-allées existantes. La capacité des voiries sera donc fortement réduite, ce qui fait craindre de nombreux embarras de circulation", explique la députée, qui a interpellé la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen).

Dans sa réponse, la ministre confirme que quelque 350 emplacements seront supprimés dans le cadre du PAD Midi. "L’agence parking.brussels a mené, en juillet 2019, une étude de stationnement analysant les relevés d’occupation en voirie et hors voirie. L’objectif de cette étude était de déterminer les besoins en report de stationnement engendrés par la suppression de 350 emplacements et d’évaluer la capacité d’absorption de l’offre hors voirie du quartier. La suppression de 350 emplacements en voirie aurait pour conséquence de créer une situation de quasi-saturation permanente, engendrant une demande en report à tout moment de la journée."

Afin de capter cette demande en report et de réduire la demande en voirie, une série d’infrastructures de parking hors voirie pourraient être mobilisées. "Parmi les réserves de stationnement hors voirie mobilisables à court terme, le quartier Midi est pourvu de deux parkings publics, qui représentent un total de 1 690 places, dont 1 566 places dans le Q-Park et le solde dans le nouveau parking Indigo. À cela s’ajoutent quatre sites privés mutualisés, gérés par BePark et incluant plus de 40 places. L’occupation a été mesurée en février 2019 dans le parking Q-Park, qui apparaît sous-utilisé. À titre d’exemple, la nuit, en semaine, le taux d’occupation de Q-Park se situe à 36 %, soit 560 places occupées sur les 1 566 places disponibles, poursuit la ministre. Le parking Q-Park est donc, en théorie, susceptible d’absorber la totalité de la demande en report de stationnement engendrée par la suppression de places dans le périmètre du PAD, à l’exception du mardi matin."